Le Paradoxe des voitures électriques : une valeur qui s’effondre en trois ans

Le véhicule électrique est depuis longtemps la vedette du secteur automobile. La transformation de l'industrie vers l'électromobilité est lente et coûteuse. En effet, les performances de ce type de technologie restent à explorer.

Le marché automobile connaît une révolution avec l’émergence des véhicules électriques (VE) et hybrides. Ces véhicules, loués pour leur faible impact environnemental, font face à un défi économique majeur : la dépréciation. Ce phénomène, qui reflète la perte de valeur d’un véhicule au fil du temps, affecte différemment les VE et les véhicules hybrides. Alors que les premiers perdent près de la moitié de leur valeur après trois ans, les seconds semblent mieux résister à cette baisse.

Ces véhicules n’étant sur le marché que depuis peu, la valeur résiduelle de ces véhicules est essentielle lorsqu’il s’agit de fixer, par exemple, un quota de leasing.

Toyota lève le voile sur les voitures électriques et ne se cache pas : marché limité

Dépréciation des voitures électriques

Les VE perdent rapidement de leur valeur, une situation préoccupante pour les consommateurs et les acteurs du marché. Plusieurs facteurs influencent cette dépréciation accélérée. D’abord, la technologie des VE évolue rapidement, rendant les modèles plus anciens obsolètes. Ensuite, les incitations gouvernementales, comme les subventions à l’achat, peuvent artificiellement gonfler le prix initial, entraînant une chute plus abrupte une fois ces aides retirées. De plus, l’infrastructure de recharge, encore en développement, limite l’attractivité des VE sur le marché de l’occasion.

Dépréciation des voitures hybrides

En revanche, les véhicules hybrides connaissent une dépréciation moindre. Leur technologie, combinant moteur thermique et électrique, semble plus stable et moins sujette aux obsolescences rapides. De plus, leur polyvalence et leur autonomie accrue les rendent attractifs pour un plus large public. Ces facteurs contribuent à maintenir leur valeur sur le marché de l’occasion.

Impact économique et environnemental

Cette dépréciation différenciée a des conséquences économiques et environnementales notables. Pour les consommateurs, l’achat d’un VE peut représenter un risque financier plus important à court terme. Sur le plan environnemental, cette dépréciation rapide pourrait décourager l’achat de VE, en contradiction avec les objectifs de transition énergétique. Cependant, elle offre aussi des opportunités sur le marché de l’occasion, rendant les VE plus accessibles.

Les véhicules qui se déprécient le moins après trois ans sont les hybrides non rechargeables. Ce type de modèle conserve 72,6 % de sa valeur. En troisième position, on trouve les modèles diesel, qui conservent 67,6 % de leur prix après trois ans.

Adieu aux voitures à combustion : place aux voitures électriques en 2024

Perspectives d’avenir

L’avenir du marché des VE et des hybrides est en pleine évolution. Des innovations technologiques, comme l’amélioration des batteries ou le développement de l’infrastructure de recharge, pourraient réduire la dépréciation des VE. Par ailleurs, les politiques gouvernementales continueront de jouer un rôle clé dans la stabilisation de ce marché.

La dépréciation des véhicules électriques et hybrides soulève des questions importantes pour les consommateurs et les décideurs. Alors que les VE perdent rapidement de leur valeur, les hybrides offrent une alternative plus stable. Cette dynamique influencera sans doute les stratégies futures dans le secteur automobile, à mesure que la technologie évolue et que la société s’oriente vers des modes de transport plus durables.

Aidez Le French Style by Céline à se faire connaître

Jeune média indépendant, Le French Style by Céline compte sur votre soutien pour accroître sa visibilité. Contribuez en nous ajoutant à vos favoris sur Google Actualités

Nous suivre sur Google Actualités

Antoine
Antoine
Antoine Laforge, né en 1988 à Marseille, a toujours été fasciné par les automobiles et les jeux vidéo Dès son plus jeune âge, il passait des heures à admirer les voitures, rêvant de devenir pilote ou ingénieur automobile. Après avoir obtenu son baccalauréat scientifique, Antoine a poursuivi ses études en ingénierie mécanique à l'Université de Lyon.

En rapport

Essai de la BMW iX5 Hydrogen : l’avenir des voitures à pile à combustible ?

Imaginez que vous êtes en 2008, ou en 2009....

Les moteurs à hydrogène ont été inventées par un Espagnol dans les années 1970. Aujourd’hui, ils pourraient être l’avenir de l’industrie automobile

Aujourd'hui, plusieurs constructeurs automobiles et sociétés énergétiques investissent dans...

Toyota met un terme aux adieux aux voitures diesel. Elle a un plan pour sauver les voitures à combustion

Toyota, comme la plupart des grands constructeurs automobiles, investit...

L’hydrogène noir pourrait être la pire idée de tous les temps : l’invention qui vient de se retourner contre nous

Dans un monde en quête incessante de solutions énergétiques...