La Chine a un plan pour se sevrer du charbon : devenir la plus grande puissance nucléaire du monde

La Chine n'est pas vraiment connue pour la pureté de son air. Cependant, le pays veut cesser d'être le plus polluant et le plus gourmand en carbone de la planète.

L’objectif de la Chine est de se sevrer du charbon et de devenir la plus grande puissance nucléaire du monde. Le géant asiatique ne cesse de construire des réacteurs, ce qui lui permettra bientôt d’atteindre son objectif. Prendre la tête de la nouvelle ère de l’énergie nucléaire n’est qu’une question de temps.

Les États-Unis sont le pays qui possède la plus grande capacité de production d’électricité nucléaire, mesurée en gigawatts (GW), suivis par la France. Selon les données de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), ils disposent respectivement de 95,8 GW et de 61,3 GW opérationnels. La Chine a 53,1 GW en service. Cependant, Pékin dépassera Paris et Washington sur la droite car elle construit 23 réacteurs qui s’ajoutent à ses 55 actuels, alors que les deux autres pays ne construisent qu’un seul réacteur chacun.

Mais la Chine ne se contente pas de cela. En plus des infrastructures déjà en place, Xi Jinping ne cesse de signer de nouveaux projets, si bien que la liste des réacteurs déjà autorisés et financés est longue. Cela signifie que les travaux peuvent commencer et que ces investissements se concrétiseront au cours des 15 prochaines années. À cela s’ajoutent les projets en file d’attente, ceux qui sont déjà dimensionnés mais qui n’ont pas encore été approuvés. Compte tenu de tous ces éléments, le pays asiatique prévoit une croissance de sa capacité de 250 GW, soit cinq fois sa capacité actuelle, ce qui révèle sa vision à long terme dans le domaine de l’énergie.

Rien ne peut arrêter l’hydrogène. Le nouveau véhicule qu’ils ont créé va bouleverser l’écosystème actuel

La feuille de route de la Chine prévoit qu’elle devienne la plus grande puissance nucléaire du monde. Les investissements qu’elle souhaite réaliser dépassent ceux de l’Inde, de la Russie, de l’Union européenne, du Royaume-Uni, du Japon et des États-Unis réunis, qui sont les prochains pays à avoir les projets nucléaires les plus immédiats et les plus futurs.

L’engagement de la Chine lui permettra de dépasser la France en termes de capacité d’ici 2025. En outre, ses efforts entraîneront un déplacement de l’hégémonie nucléaire de l’Amérique du Nord vers l’Asie. “Sur la base des réacteurs en construction qui devraient être achevés d’ici 2026, l’Asie dépassera l’Amérique du Nord en tant que région disposant de la plus grande capacité installée”, indique l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dans son rapport sur l’électricité en 2024. “L’Asie est l’épicentre de la croissance de l’énergie nucléaire”, ajoute-t-elle.

Après la Chine, l’Inde est le pays qui construit le plus de réacteurs. C’est un autre État qui devrait accroître le plus sa puissance nucléaire. Bien qu’elle ne fasse pas partie des dix premiers pays en termes de capacité, elle dépassera la Suède et l’Espagne, qui se détourne de cette source d’énergie. New Delhi construit six GW supplémentaires et prévoit d’ajouter un total de 13 GW, triplant ainsi sa capacité en l’espace d’une décennie.

Les deux pays doivent réduire leurs niveaux de pollution. Pékin espère s’affranchir de sa dépendance au charbon d’ici 2060. À l’heure actuelle, plus de 60 % de l’électricité du pays provient du charbon, ce qui nuit à la qualité de l’air. En outre, une grande partie du charbon chinois se trouve dans le nord du pays, de sorte qu’il doit être distribué par train dans tout le pays, ce qui n’est pas pratique d’un point de vue logistique. Selon l’Association nucléaire mondiale, le transport de ce produit représente à lui seul la moitié de l’utilisation du réseau ferroviaire. Le système actuel est inefficace et très dommageable pour l’atmosphère.

La Chine en est consciente, et c’est précisément la raison pour laquelle elle s’engage si clairement en faveur de l’énergie nucléaire. Elle ne tire que 5 % de son électricité de ces centrales et doit donc redoubler d’efforts. En plus de se plonger dans la construction de réacteurs, Pékin travaille également à l’approvisionnement en combustible, c’est-à-dire en uranium. Actuellement, elle est en mesure de couvrir 15 % de ses besoins en uranium grâce à ses ressources nationales. Mais comme elle a aussi de nombreux projets en cours pour sécuriser l’accès à cette matière première, elle couvrira un tiers de ses besoins, selon le rapport de l’AIE. Elle investit également dans des entreprises minières africaines pour sécuriser ses approvisionnements.

La Russie est également l’un des leaders technologiques avec la Russie dans le domaine nucléaire. Tous deux fournissent 70 % des technologies actuellement utilisées pour construire des réacteurs nucléaires. De plus, ils sont les deux seuls pays à exploiter des petits réacteurs nucléaires (SMR), la dernière innovation en la matière. L’idée est que ces modules sont individuels et peuvent être construits, par exemple, à proximité immédiate d’une usine. Cela permet de créer un approvisionnement direct en énergie et de promouvoir des projets individualisés. Ces petits réacteurs permettent de ne pas investir massivement dans l’énergie nucléaire à chaque fois qu’il s’agit de développer cette ressource. Selon les prévisions de Julius Baer, les SMR seront l’avenir du nucléaire et concurrenceront l’hydrogène, même si leur développement n’en est qu’à ses débuts.

Hydrogène blanc : La nouvelle manne énergétique trouvée en lorraine

En Europe et aux États-Unis, l’engagement en faveur du nucléaire n’est pas aussi fort. L’Allemagne a mis en place une sortie du nucléaire l’année dernière et l’Espagne le fera à partir de 2027. Toutefois, 14 États membres ont signé un accord de collaboration visant à augmenter leur capacité de 50 % supplémentaires d’ici à 2050. De son côté, Washington n’a aucun plan de croissance majeur, ce qui met sérieusement en péril son leadership actuel.

Malgré les différents paris des pays, le nucléaire devrait continuer à gagner du poids dans la production d’électricité et la production devrait atteindre un nouveau record l’année prochaine. Selon l’AIE, d’ici 2025, le nucléaire et les énergies renouvelables dépasseront le charbon en tant que première source d’électricité, les deux produisant un tiers de l’électricité totale.

Aidez Le French Style by Céline à se faire connaître

Jeune média indépendant, Le French Style by Céline compte sur votre soutien pour accroître sa visibilité. Contribuez en nous ajoutant à vos favoris sur Google Actualités

Nous suivre sur Google Actualités

Clémence Dubeau
Clémence Dubeau
Rédactrice passionnée par la mode et la beauté, Clémence a même créé son propre blog pour partager sa passion avec un large public. Sur notre magazine, elle propose des conseils, des astuces et des tendances dans ces deux domaines. Clémence est connue pour son approche authentique et honnête de la beauté et de la mode, et pour son expertise en matière de produits et de marques. Elle est également appréciée pour sa créativité dans la présentation de contenu et son souci du détail. Grâce à ses articles intéressants et inspirants, Clémence a su se faire une place de choix dans l'univers de la beauté et de la mode en ligne.

En rapport

Essai de la BMW iX5 Hydrogen : l’avenir des voitures à pile à combustible ?

Imaginez que vous êtes en 2008, ou en 2009....

Les moteurs à hydrogène ont été inventées par un Espagnol dans les années 1970. Aujourd’hui, ils pourraient être l’avenir de l’industrie automobile

Aujourd'hui, plusieurs constructeurs automobiles et sociétés énergétiques investissent dans...

Toyota met un terme aux adieux aux voitures diesel. Elle a un plan pour sauver les voitures à combustion

Toyota, comme la plupart des grands constructeurs automobiles, investit...

L’hydrogène noir pourrait être la pire idée de tous les temps : l’invention qui vient de se retourner contre nous

Dans un monde en quête incessante de solutions énergétiques...