AccueilTechnologiesToyota va sauver les voitures à combustion : elle prépare ce nouveau...

Toyota va sauver les voitures à combustion : elle prépare ce nouveau type de moteur

Dans un monde automobile en rapide évolution vers l'électrification, Toyota se distingue par une stratégie audacieuse et contre-courant. Lors d'une récente conférence de presse, Akio Toyoda, président mondial de Toyota, a réaffirmé l'engagement de l'entreprise dans le développement continu des moteurs à combustion interne. Cette position tranche nettement avec celle d'autres constructeurs qui s'orientent exclusivement vers la production de véhicules électriques.

Lors d’une conférence de presse avec les dirigeants de Toyota, Akio Toyoda, le président mondial de Toyota, a clairement indiqué que l’entreprise japonaise poursuivra le développement des moteurs à combustion interne. Et ce, alors que d’autres marques ont annoncé qu’elles ne produiraient plus à l’avenir que des véhicules 100 % électriques.

Cette déclaration n’est pas nouvelle. Il y a quelques semaines, lors du dernier Tokyo Motor Show en 2024, Toyota avait déjà fait une déclaration similaire sur le sujet en affirmant que la marque continuerait à produire des moteurs à combustion.

“Autant les voitures électriques progressent, autant je pense qu’elles n’auront qu’une part de marché de 30 %. Les 70 % restants seront partagés par les hybrides, les hybrides rechargeables et les moteurs à hydrogène. Je pense que les voitures à moteur à combustion resteront définitivement en place”, avait déclaré un porte-parole à l’époque.

Les ventes mondiales de véhicules à hydrogène ont chuté de plus de 30 % l’année dernière, la Chine devenant le plus grand marché mondial

Les chiffres de Toyota

Sur un total de 11 233 039 voitures vendues par Toyota et ses filiales, Lexus et Daihatsu, en 2023, seules 104 018 étaient des véhicules électriques. Bien que ce chiffre représente une croissance de 325,2 % par rapport à l’année précédente, il ne constitue que 1 % des ventes totales de Toyota. En revanche, les ventes de véhicules à moteur à combustion interne ont atteint 7,5 millions d’unités.

Ces chiffres confortent la décision de la direction de la marque de continuer à se concentrer sur les systèmes de propulsion traditionnels. De plus, sa première voiture 100% électrique, la Toyota bZ4x, est devenue un véritable casse-tête pour la marque. Non seulement à cause des études qui font état d’une autonomie très éloignée de ce qui est attendu en conditions réelles de conduite, mais aussi parce qu’elle présente de sérieux problèmes au niveau de ses roues (elles pourraient se détacher lors d’un freinage d’urgence).

Moteur à hydrogène

Outre son engagement en faveur des modèles à propulsion traditionnelle, Toyota cherche depuis longtemps des solutions innovantes pour la voiture électrique. D’un engagement solide en faveur de l’hybridation, plug-in ou non, à l’exploration des usages plus inattendus de l’hydrogène, des piles à combustible aux cartouches, en passant par sa combustion dans les moteurs à combustion.

À cet égard, Toyota – qui a basé sa gestion sur la promotion et le développement des technologies liées à l’hydrogène, ralentissant l’expansion de la voiture 100 % électrique – a fait référence à la Toyota Mirai. Ce modèle pourrait être considéré comme une “alternative complémentaire” aux moteurs à essence ou aux systèmes hybrides traditionnels.

La Mirai 2024, deuxième génération de cette berline de luxe, est présentée comme un véhicule électrique à pile à combustible (FCEV), qui ne nécessite pas de prise de courant. Elle est proposée aux États-Unis à un prix de départ de 50 190 dollars pour la variante XLE, tandis que la version Limited est proposée à 67 155 dollars.

L’Hydrogène : La prochaine révolution énergétique portée par Honda et GM

100% électrique

L’insistance de Toyota sur le moteur à combustion est surprenante, surtout si l’on considère que d’ici 2024, plusieurs constructeurs automobiles ont annoncé leur intention de se concentrer sur le développement de véhicules entièrement électriques.

Parallèlement, Toyota ne néglige pas l’innovation dans le domaine de l’électrification. La marque explore activement le potentiel de l’hydrogène, notamment avec la Toyota Mirai, une berline électrique à pile à combustible qui représente une alternative aux véhicules traditionnels et électriques. Cette approche diversifiée montre que Toyota envisage un avenir où différentes technologies coexistent pour répondre à une variété de besoins et de marchés.

L’insistance de Toyota sur les moteurs à combustion interne s’explique aussi par une vision pragmatique des réalités mondiales. Avec un milliard de personnes vivant sans accès à l’électricité, l’option des véhicules entièrement électriques reste limitée pour une partie significative de la population mondiale. Toyota, en tant que marque globale, cherche à offrir des solutions de mobilité adaptées à tous les contextes, y compris ceux où l’électrification n’est pas encore viable.

Cette stratégie contraste avec celle d’autres constructeurs qui, comme Cadillac, Chrysler, et même Lexus, filiale de Toyota, s’engagent vers une production exclusivement électrique dans les prochaines décennies. Alors que l’Europe avance rapidement vers l’électrification, Toyota rappelle l’importance de ne pas négliger les technologies existantes qui peuvent encore jouer un rôle crucial dans la transition énergétique mondiale.

En somme, Toyota poursuit une voie singulière dans l’industrie automobile, pariant sur la coexistence de plusieurs technologies pour répondre aux défis environnementaux et sociaux de notre époque. Cette stratégie reflète une vision à long terme, reconnaissant que l’avenir de la mobilité sera probablement pluriel et adapté aux réalités diverses de notre monde.

Des marques telles que Cadillac, Chrysler, Mini, Maserati et Rolls-Royce ont déjà annoncé leur engagement à produire des véhicules exclusivement électriques d’ici la fin de la décennie. Même Lexus, une marque du groupe Toyota, a confirmé qu’elle ne vendrait plus de voitures à moteur à combustion interne d’ici 2035.

En Europe, le groupe Stellantis a annoncé son intention de commercialiser exclusivement des véhicules 100 % électriques d’ici la fin de la décennie. Mercedes-Benz entend faire de même d’ici à 2030, tandis que Volkswagen prévoit de ne produire que des véhicules électriques en Europe à partir de 2033.

Toutefois, si certaines régions (comme l’Europe) sont plus avancées en termes d’infrastructures pour la fabrication et la commercialisation de véhicules électriques, Toyota a également souligné qu’il existe des endroits où la population n’a pas accès à l’électricité.

“Un milliard de personnes dans le monde vivent dans des zones dépourvues d’électricité. Dans le cas de Toyota, nous fournissons également des véhicules à ces régions, de sorte que l’option de la voiture 100 % électrique ne peut pas assurer le transport de tout le monde”, a déclaré le porte-parole de la marque.

Étant donné que Toyota est l’une des marques les plus vendues au monde et qu’elle est présente sur une grande variété de marchés, il semble logique qu’elle ne s’engage pas pleinement en faveur des véhicules 100 % électriques à court ou à moyen terme.

Aidez Le French Style by Céline à se faire connaître

Jeune média indépendant, Le French Style by Céline compte sur votre soutien pour accroître sa visibilité. Contribuez en nous ajoutant à vos favoris sur Google Actualités

Nous suivre sur Google Actualités

Antoine
Antoine
Antoine Laforge, né en 1988 à Marseille, a toujours été fasciné par les automobiles et les jeux vidéo Dès son plus jeune âge, il passait des heures à admirer les voitures, rêvant de devenir pilote ou ingénieur automobile. Après avoir obtenu son baccalauréat scientifique, Antoine a poursuivi ses études en ingénierie mécanique à l'Université de Lyon.

Top Infos

Coups de cœur