L’Europe était réticente à baisser le prix de ses voitures électriques. Elle y a été contrainte et rien ne sera plus jamais comme avant.

Face à l'offensive des constructeurs américains et chinois, l'Europe ajuste sa stratégie sur le marché des voitures électriques, abaissant les prix pour rester compétitive dans une ère de changement radical.

L’un des obstacles à l’expansion rapide du marché des voitures électriques et à la réalisation des objectifs européens d’élimination progressive des voitures à carburant fossile d’ici à 2035 est le prix élevé des voitures électriques par rapport aux véhicules conventionnels. Mais cette barrière commence à tomber, en grande partie grâce à la forte concurrence des constructeurs automobiles américains et asiatiques.

La pression exercée par Tesla et des entreprises chinoises telles que BYD a contraint des marques européennes telles que Volkswagen et Renault à réduire le prix de leurs voitures électriques pour les faire passer sous la barre des 40 000 euros. Il ne peut en être autrement si les marques européennes veulent survivre à l’arrivée des voitures électriques chinoises telles que les modèles de BYD, qui présentent un excellent rapport produit/prix, et à la baisse des prix des modèles Tesla, qui reste le deuxième vendeur de voitures électriques au monde (il a été dépassé par BYD en 2023).

Virage hydrogène : une marque de luxe mondialement connue innove dans l’énergie du futur

Stratégies face aux voitures chinoises et américaines

Face à la perte des aides d’État et des subventions pour promouvoir la construction et l’achat de voitures électriques, comme cela a été le cas pour Volkswagen en Allemagne, cette marque a choisi de créer ses propres “chèques environnementaux”, avec des réductions d’environ 7 000 euros sur des modèles tels que l’ID3, qui peut désormais être achetée à partir de 34 630 euros (la version avec la batterie de 58 kWh).

L’ID3 est le modèle de cette marque allemande qui peut concurrencer la Tesla Model 3, mais elle avait été critiquée pour ses prix élevés et pour avoir supprimé sa version la plus économique. Au départ, il y avait deux modèles, l’un avec une batterie de 77 kWh et l’autre avec une batterie de 58 kWh que Volkswagen a retiré du marché, mais il sera de retour en 2024. Avec la remise, la version à batterie de 77 kWh aura un prix de base de 37 595 euros.

Renault, quant à lui, a décidé de baisser le prix de la Mégane E-Tech (le modèle à 60 kWh et 220 ch) de 4 700 euros, ce qui le ramène à 38 880 euros. Cela lui permettra de concurrencer des modèles chinois tels que la BYD Dolphin ou la MG4 Electric de la marque chinoise SAIC Motors. Selon Xataca.com, l’entreprise française a également annoncé le lancement de la Renault Scenic E-Tech, dotée d’une batterie de 60 kWh et dont le prix avoisine les 40 000 euros.

Autonomie infinie des voitures à combustion : cette invention va tuer les voitures électriques et à hydrogène

D’autres marques européennes se préparent également à affronter les prix compétitifs des modèles chinois, comme c’est le cas de Citroën, avec son modèle Citroën ë-C3, dont le prix est d’environ 23 000 euros, et dont la nouvelle version, dont la sortie est prévue en 2025, sera d’environ 20 000 euros. Beaucoup plus abordable.
Une guerre des prix qui n’est pas encore gagnée

Malgré des subventions telles que le plan MOVES III et les efforts des grands constructeurs automobiles, les prix des voitures électriques restent trop élevés par rapport à ceux des véhicules à moteur thermique.

En 2020, le prix moyen d’une voiture à essence était de 36 000 dollars, alors que celui des voitures électriques avoisinait les 55 000 dollars. Trois ans plus tard, le prix des voitures électriques a baissé d’environ 15 000 dollars, en grande partie grâce à l’entrée en force des voitures chinoises sur le marché mondial.

En 2024, le défi consistera à ramener le prix des voitures électriques au même niveau que celui des voitures à essence, et à faire en sorte que les voitures européennes puissent rivaliser avec les modèles BYD et Tesla.

Aidez Le French Style by Céline à se faire connaître

Jeune média indépendant, Le French Style by Céline compte sur votre soutien pour accroître sa visibilité. Contribuez en nous ajoutant à vos favoris sur Google Actualités

Nous suivre sur Google Actualités

Antoine
Antoine
Antoine Laforge, né en 1988 à Marseille, a toujours été fasciné par les automobiles et les jeux vidéo Dès son plus jeune âge, il passait des heures à admirer les voitures, rêvant de devenir pilote ou ingénieur automobile. Après avoir obtenu son baccalauréat scientifique, Antoine a poursuivi ses études en ingénierie mécanique à l'Université de Lyon.

En rapport

Essai de la BMW iX5 Hydrogen : l’avenir des voitures à pile à combustible ?

Imaginez que vous êtes en 2008, ou en 2009....

Les moteurs à hydrogène ont été inventées par un Espagnol dans les années 1970. Aujourd’hui, ils pourraient être l’avenir de l’industrie automobile

Aujourd'hui, plusieurs constructeurs automobiles et sociétés énergétiques investissent dans...

Toyota met un terme aux adieux aux voitures diesel. Elle a un plan pour sauver les voitures à combustion

Toyota, comme la plupart des grands constructeurs automobiles, investit...

L’hydrogène noir pourrait être la pire idée de tous les temps : l’invention qui vient de se retourner contre nous

Dans un monde en quête incessante de solutions énergétiques...