AccueilActualitésLes trois principaux obstacles à la distribution de l'hydrogène

Les trois principaux obstacles à la distribution de l’hydrogène

Plusieurs problèmes clés doivent être résolus afin de multiplier par 10 la capacité d'exploitation de l'hydrogène dans les années à venir.

L’hydrogène s’impose aujourd’hui comme un vecteur de fourniture d’énergie propre suscitant un réel intérêt et des investissements dans le monde entier, les gouvernements et les entreprises cherchant à développer cette industrie naissante dans le cadre de leurs objectifs de transition énergétique.

Néanmoins, d’importants défis restent à relever pour que l’industrie puisse passer à l’échelle supérieure. La nouvelle étude “Look Forward” de SPG Global Commodity Insights identifie trois domaines clés pour que l’hydrogène atteigne son potentiel. La capacité d’exploitation devrait être multipliée par 10 au cours des trois prochaines années.

Adieu aux voitures électriques (du moins en apparence) : Yamaha invente un nouveau type de moteur pour sauver les moteurs à combustion

1 : Réduire les coûts et éliminer les goulets d’étranglement

L’accent est mis sur la réduction des coûts tout au long de la chaîne d’approvisionnement à faible teneur en carbone. Les coûts d’investissement et d’exploitation de la production d’hydrogène sont un élément important, mais l’infrastructure, la pression et le stockage sont également essentiels.

La complexité des projets et l’escalade des coûts ont fait grimper les coûts de l’électrolyse à membrane échangeuse de protons (PEM) au cours des dernières années. S&P Global Commodity Insights estime qu’entre 2020 et 2024, les coûts des électrolyseurs PEM de 10 MW sont passés d’environ 1 200 à 1 300 dollars par kW installé à environ 1 700 dollars par kW installé.

La production d’hydrogène par électrolyse nécessite de grandes quantités d’électricité. Environ 50 TWh d’électricité sont nécessaires pour produire 1 million de tonnes métriques (MT) d’hydrogène, soit 5 milliards de m3 de gaz naturel ou environ 80 000 barils de pétrole par jour.

Pour que l’hydrogène électrolytique à faible teneur en carbone prenne son essor dans les cinq prochaines années, il faudra adopter des approches pragmatiques, voire agressives, pour remédier aux goulets d’étranglement de la planification. Les délais de mise en œuvre de l’énergie éolienne et solaire sont nettement plus longs que ceux des projets d’électrolyse ou de la construction de grandes installations de fabrication d’électrolyse.

Innovation majeure chez Toyota : Un véhicule à 14 vitesses pour une mobilité durable et performante

2 : Classification, définition et harmonisation

Les classifications et définitions officielles sont essentielles pour qu’une technologie puisse s’intégrer dans une taxonomie, ouvrant ainsi la voie à l’obtention de certificats verts, au financement et à la commercialisation, aux niveaux national et international.

Dans ce dernier cas, l’harmonisation de ces classifications pourrait devenir cruciale pour envisager une économie mondiale de l’hydrogène. Par conséquent, la question de l'”additionnalité” constitue un autre défi. Comment peut-on savoir que l’affectation d’une source d’électricité à faible teneur en carbone à la production d’hydrogène ne privera pas un autre client de la même électricité à faible teneur en carbone ?

Des règles harmonisées, ou une base de reconnaissance mutuelle des normes relatives à l’additionnalité et à l’horodatage, seront nécessaires pour que le commerce international se développe rapidement. Des questions plus générales concernant l’élaboration des normes sont également en jeu.

L’intensité carbonique de l’hydrogène varie considérablement en fonction du mode de production et, dans le cas de l’hydrogène électrolytique, en fonction du mélange de combustibles et de l’intensité carbonique de chaque réseau électrique d’approvisionnement.

Hydrogène vert : une avancée belge pourrait changer la donne dans le stockage de l’hydrogène

3 : Trouver des clients

Si la baisse des coûts et l’harmonisation des définitions fiables sont importantes, le critère le plus important pour le décollage sera peut-être la volonté des clients potentiels, ou “offtakers”, de passer des contrats avec les fournisseurs pour la livraison d’hydrogène à faible teneur en carbone.

Les partenaires industriels de S&P Global Commodity Insights indiquent clairement que l’accent doit désormais être mis sur la demande : trouver des acheteurs fiables pour l’hydrogène à faible teneur en carbone. Les coûts de livraison de l’hydrogène à faible teneur en carbone sont bien supérieurs à ceux des carburants alternatifs, ce qui signifie qu’il faut demander un prix plus élevé.

L’accent mis sur le regroupement de clients potentiels de différents secteurs, en développant des pôles ou des vallées de l’hydrogène, est judicieux et bienvenu.

L’industrie reconnaît qu’elle devra jouer son rôle pour que l’approche et la structure des centres et des vallées, encouragées par de nombreux gouvernements, soient couronnées de succès. L’indicateur essentiel d’un développement durable du marché sera la signature par les clients d’un contrat d’approvisionnement à long terme en hydrogène à faible teneur en carbone, assorti de garanties et d’assurances appropriées.

Perspectives d’avenir

L’hydrogène à faible teneur en carbone et les dérivés de l’hydrogène sont déjà une industrie en pleine croissance, bénéficiant d’un soutien politique fort et d’un intérêt sérieux de la part de l’industrie dans le monde entier. Mais les défis identifiés – coût et échelle, goulets d’étranglement en matière de planification, définition des règles de ce qui est “vert” et recherche de clients prêts à s’engager pour un produit à un coût élevé – doivent être résolus pour que la molécule à faible teneur en carbone puisse livrer son plein potentiel dans la transition énergétique.

Aidez Le French Style by Céline à se faire connaître

Jeune média indépendant, Le French Style by Céline compte sur votre soutien pour accroître sa visibilité. Contribuez en nous ajoutant à vos favoris sur Google Actualités

Nous suivre sur Google Actualités

Adriana Belair
Adriana Belair
Née à Bordeaux, Adriana Belair a grandi au milieu des vignes, cultivant très tôt une passion pour tout ce qui touche à la beauté de la vie et à sa diversité. Elle a eu la chance de parcourir le monde, d'absorber des cultures diverses et d'en tirer une source d'inspiration sans fin. Par ailleurs, Adriana est une passionnée de décoration intérieure. Son objectif en tant que journaliste lifestyle est de vous inspirer et de vous aider à découvrir les merveilles qui se cachent dans les détails de notre vie quotidienne en partageant avec vous ses découvertes et ses coups de cœur.

Top Infos

Coups de cœur