AccueilActualitésAdieu aux voitures électriques (du moins en apparence) : Yamaha invente un...

Adieu aux voitures électriques (du moins en apparence) : Yamaha invente un nouveau type de moteur pour sauver les moteurs à combustion

La suprématie présumée des moteurs électriques est remise en question alors que Yamaha présente un nouveau moteur à combustion V8, exempt d'émissions. Rejoignant le consortium HySE, Yamaha s'associe à d'autres géants japonais pour repenser la mobilité sans l'utilisation de batteries électriques.

La mobilité électrique semble être l’avenir inévitable, même si tout le monde ne partage pas cette vision. Les grands constructeurs automobiles, qui continuent d’adopter la technologie des piles à combustible à hydrogène, en sont la preuve. Yamaha a dévoilé son nouveau moteur à combustion V8, qui non seulement offre des performances uniques, mais se caractérise également par l’absence totale d’émissions.

Moteur à hydrogène

Le V8, en tant que moteur à combustion, fonctionne au moyen de pistons qui convertissent l’énergie thermique en énergie cinétique, de la même manière que les moteurs à essence et diesel conventionnels que l’on trouve dans les voitures d’aujourd’hui. Cependant, sa principale différence est qu’il ne génère que de la vapeur d’eau comme sous-produit, ce qui en fait un moteur totalement exempt d’émissions.

Ce développement remet en question la suprématie présumée que les moteurs électriques gagnent au fil du temps, démontrant que l’innovation dans la technologie de la combustion interne peut également contribuer de manière significative à la réduction de la pollution de l’environnement.

Innovation majeure chez Toyota : Un véhicule à 14 vitesses pour une mobilité durable et performante

“Les moteurs à hydrogène ont le potentiel d’être neutres en carbone tout en conservant notre passion pour les moteurs à combustion interne”, affirme Yoshihiro Hidaka, président de Yamaha Motor, dans un communiqué où l’entreprise rend compte du développement du moteur V8 à hautes performances.

Alliance japonaise

Yamaha n’est cependant pas seule dans cette aventure. Elle a rejoint Kawasaki, Honda et Suzuki dans la recherche – en travaillant ensemble – d’un système de propulsion totalement propre et sans émissions, sans qu’il soit nécessaire d’installer une batterie électrique.

Les quatre entreprises se sont réunies pour former le consortium HySE. Elles sont toutes d’origine japonaise, auxquelles il faut ajouter des marques comme Toyota, Mazda et Subaru, également japonaises, qui ont remis en question l’avenir des batteries ioniques car elles ne les considèrent pas comme la solution définitive au problème des émissions polluantes dans la mobilité.

La batterie végétale qui alimentera les voitures du futur : elle est produite par les forêts et est meilleure que le lithium

Mobilité nautique

Le nouveau moteur de Yamaha est un puissant moteur hors-bord conçu pour les bateaux. Il ne s’agit pas d’un petit moteur, mais d’un puissant V8 de 5,4 litres. C’est le premier du genre, car aucun moteur de ce type n’a jamais été intégré avec succès dans un bateau de plaisance. Yamaha a établi des partenariats avec des marques telles que Roush et Regulator Marine pour le développement d’autres composants dans lesquels elle n’est pas spécialisée, comme la coque du bateau.

Ce développement est important car il met en évidence les limites de l’électricité et des batteries en tant qu’alternative à l’essence et au diesel. Si les batteries ont été intégrées avec succès dans les véhicules à moteur, il n’en va pas de même pour tous les modes de transport. Par exemple, aucune solution optimale n’a encore été trouvée pour le transport de marchandises par camion. Il en va de même pour les navires.

En outre, il est bien connu que les batteries ioniques ne se sont pas révélées être la solution idéale pour les motos. En fait, l’alliance HySE de Yamaha, Honda, Suzuki et Kawasaki semble se concentrer davantage sur le développement d’un moteur pour les motos que pour les voitures. Le problème est que l’intégration d’une batterie ayant l’autonomie nécessaire pour une moto puissante implique un poids excessif, ce qui la rend difficilement viable. En revanche, l’hydrogène en tant que carburant, bien qu’il prenne de la place, est beaucoup plus léger.

La question importante est très simple : qu’est-ce qui arrivera en premier, une solution pour augmenter l’autonomie des batteries ioniques ou une technologie pour produire et comprimer l’hydrogène à un coût et à une échelle optimaux ? C’est ce qui déterminera l’avenir de la mobilité. Toutefois, l’alliance HySE a déjà mis au point un prototype de moto surpuissante propulsée par la Kawasaki Ninja, la Kawasaki Ninja H2 HySE, ce qui laisse à penser qu’au moins dans le domaine des deux roues, c’est peut-être la voie à suivre.

Aidez Le French Style by Céline à se faire connaître

Jeune média indépendant, Le French Style by Céline compte sur votre soutien pour accroître sa visibilité. Contribuez en nous ajoutant à vos favoris sur Google Actualités

Nous suivre sur Google Actualités

Antoine
Antoine
Antoine Laforge, né en 1988 à Marseille, a toujours été fasciné par les automobiles et les jeux vidéo Dès son plus jeune âge, il passait des heures à admirer les voitures, rêvant de devenir pilote ou ingénieur automobile. Après avoir obtenu son baccalauréat scientifique, Antoine a poursuivi ses études en ingénierie mécanique à l'Université de Lyon.

Top Infos

Coups de cœur