AccueilActualitésDes voitures électriques à 9 000 euros, la dernière menace de la...

Des voitures électriques à 9 000 euros, la dernière menace de la Chine pour l’industrie européenne

Le défi chinois s'accélère, après une croissance de 361 % des livraisons de voitures électriques sur le marché européen depuis 2021. Ils contrôlent également 75 % du lithium et 90 % des formules chimiques.

Sur le vaste horizon de l’industrie automobile, la Chine s’impose comme un titan imbattable dans le secteur des véhicules électriques (VE), laissant derrière elle les géants traditionnels tels que l’Allemagne et le Japon. Les transactions de ces voitures dans le pays asiatique ont connu une croissance remarquable de 82 % en 2023, représentant près de 60 % des achats mondiaux de ces véhicules révolutionnaires.

Ces résultats dépassent de loin les chiffres enregistrés dans des pays tels que les États-Unis, la Norvège et d’autres nations scandinaves, qui sont reconnus comme les premiers à avoir adopté les voitures sans émissions. Et ces chiffres pourraient se multiplier avec l’arrivée sur le marché de nouveaux modèles hybrides et électrifiés à moins de 10 000 euros, marquant une nouvelle étape dans la guerre des prix du géant asiatique de l’automobile et une menace pour l’industrie automobile européenne.

Domination mondiale des véhicules électriques

Un rapport de l’Agence internationale de l’énergie révèle que plus de la moitié des véhicules électriques circulant sur les routes du monde se trouvent dans la puissance asiatique, consolidant ainsi sa position de leader incontesté. Au cours de l’année écoulée, les ventes de VE dans la deuxième économie mondiale ont augmenté de 37 % en glissement annuel, avec environ neuf millions d’unités vendues et une solide part de marché de 34 %. Déterminée à être à l’avant-garde de la révolution de la mobilité durable, la Chine a même dépassé ses propres attentes en se fixant l’objectif ambitieux d’atteindre une part de marché de 45 % d’ici à 2027, avant l’objectif initialement prévu de 2030.

Adieu le plan voiture électrique en Europe, place au diesel et à l’essence, fin de l’illusion électrique ?

La Chine et les véhicules électriques

La deuxième économie mondiale est devenue le théâtre d’un grand dynamisme et d’une forte concurrence dans le secteur automobile. Parmi les principaux acteurs, on trouve des entreprises renommées telles que BYD, Geely, Chery, BAIC et GAC, dont la présence et les antécédents ont laissé une marque significative sur l’industrie. Le paysage est également enrichi par la présence de start-ups prometteuses telles que Nio, Xpeng, Li Auto, Weltmeister, IM Motors, Hozon et Leap Motor, qui apportent une dose supplémentaire de vitalité. En particulier, la marque nationale BYD s’est imposée comme un acteur illustre sur le marché concurrentiel des véhicules à énergie nouvelle (NEV) en devenant le meilleur vendeur au niveau mondial au cours du quatrième trimestre 2023.

Innovations et avancées technologiques

En mettant résolument l’accent sur l’innovation et le développement de technologies avancées, la Chine est particulièrement bien placée pour continuer à mener la transition vers la mobilité électrique dans le monde entier. De plus, elle a récemment remporté deux victoires importantes sur ce marché très concurrentiel. BYD a lancé une nouvelle version de son modèle hybride rechargeable, la Qin Plus DM-i, dont le prix est inférieur à celui des voitures à essence les plus vendues, telles que la Lavida de Volkswagen et la Corolla de Toyota. Avec un prix de départ de 79 800 yuans (9 070 euros), il se distingue par une réduction de 20 % par rapport à son prédécesseur. Mais ce n’est pas tout, puisque l’autonomie de sa batterie atteint 55 kilomètres, ce qui force l’admiration.

Qin Plus DM-i

Huawei Technologies a également fait sensation en lançant en octobre son nouveau système de charge ultra-rapide, qui permet à ces véhicules de parcourir un kilomètre en une seule charge d’une seconde. Ces initiatives témoignent de la croissance explosive de la capacité de production de batteries électriques et de l’innovation technologique rapide en Chine. Avec la consolidation des acteurs locaux sur le marché chinois et leur influence mondiale croissante, les constructeurs automobiles internationaux se trouvent face à une fenêtre d’opportunité critique pour faire des incursions sur ce marché chinois en plein essor.

Défis et opportunités en Europe

Défis et opportunités en Europe

Au-delà des frontières chinoises, la situation est nuancée. En Europe, l’adoption de véhicules sans émissions devrait croître progressivement, bien qu’à un rythme plus modéré que les années précédentes, avec environ 3,3 millions d’unités prévues pour cette année. Sur la lancée de l’année dernière, les constructeurs automobiles chinois se lancent dans une expansion audacieuse sur les marchés émergents, éclipsant les acteurs traditionnels et établis. Toutefois, cette offensive pose également des défis considérables, car les producteurs locaux sont contraints de s’adapter, luttant contre la transformation des usines et les retards de production.

Le rôle prééminent de la Chine dans ce ballet de forces est accentué par la bataille féroce qui se livre dans les domaines européens, où la volonté d’un avenir de transport sans carbone a fait du continent un terrain fertile pour l’expansion des marques chinoises sur les marchés occidentaux. Selon les données douanières de l’UE, les expéditions chinoises de véhicules électriques ont connu une augmentation stupéfiante de 361 % depuis 2021. Bien que les consommateurs européens soient encore réticents à l’égard de ces marques asiatiques, leurs prix compétitifs leur ont permis de gagner du terrain et d’accroître leur part de marché.

L’Allemagne veut revenir aux voitures à combustion, Volkswagen réagit à la nouvelle préférence des conducteurs

Réponse européenne aux défis

Pourtant, l’industrie automobile européenne, dont Stellantis et Mercedes Benz sont les plus grands constructeurs, prend des mesures énergiques pour se défendre contre la domination de la Chine dans le secteur et son contrôle total de la chaîne d’approvisionnement en batteries.

Dans un effort pour stimuler la production nationale, un dilemme se profile pour les décideurs politiques européens avec la perspective de voir des millions de véhicules de haute technologie et à bas prix fabriqués par des entreprises chinoises inonder leurs marchés. L’arrivée de ce flot d’importations pourrait avoir des conséquences désastreuses pour les constructeurs européens, qui envisagent donc d’imposer des droits de douane pour atténuer les dommages potentiels.

La Commission européenne a lancé une enquête approfondie sur les pratiques commerciales déloyales présumées des fabricants chinois, qui suscitent des inquiétudes sur le plan économique. L’enquête porte principalement sur les subventions importantes accordées par le régime communiste à son industrie automobile, qui ont suscité un débat sur l’équité dans le commerce international. Toutefois, les autorités de Pékin se sont fermement opposées à cette analyse, estimant qu’elle constituait un “comportement protectionniste flagrant”.

Même si l’Europe choisit d’imposer des restrictions commerciales supplémentaires, l’interdépendance avec la Chine en termes d’approvisionnement en batteries et de traitement des matières premières associées est indéniable. Les entités chinoises détiennent une part importante du marché mondial, contrôlant environ 45 % des droits miniers et 70 % de la capacité de raffinage du lithium, un composant essentiel des batteries électriques. En outre, elles détiennent une part de marché de 90 % dans les principaux types de batteries, tels que le phosphate de fer et le lithium. Cette position dominante a été soutenue par d’importantes subventions gouvernementales pendant une décennie.

Aidez Le French Style by Céline à se faire connaître

Jeune média indépendant, Le French Style by Céline compte sur votre soutien pour accroître sa visibilité. Contribuez en nous ajoutant à vos favoris sur Google Actualités

Nous suivre sur Google Actualités

Manon Rocher
Manon Rocherhttps://celinepina.fr
Manon possède une solide expérience dans le domaine de la mode et a travaillé pour de nombreux médias de renom. Manon est passionnée par l'écriture et la mode depuis son plus jeune âge, ce qui l'a poussée à poursuivre une carrière dans ce domaine. Elle est connue pour son style d'écriture précis et informatif, ainsi que pour son approche créative. Elle est constamment à l'affût des dernières tendances et des innovations dans l'industrie, et elle est toujours prête à partager ses connaissances avec son public.

Top Infos

Coups de cœur