AccueilActualitésCroissance soutenue des véhicules rechargeables en France : 16 % des voitures...

Croissance soutenue des véhicules rechargeables en France : 16 % des voitures neuves étaient des BEV

Le dynamisme du marché français des voitures particulières rechargeables ne faiblit pas. En janvier, les immatriculations de véhicules électriques purs (BEV) ont grimpé de 37 %, tandis que les hybrides rechargeables (PHEV) ont connu une croissance plus modeste. Cette tendance souligne une préférence croissante pour les BEV, avec une part de marché qui promet de franchir de nouveaux seuils en 2024

Le marché français des voitures particulières rechargeables continue de croître. En janvier, les véhicules électriques purs (BEV) ont fait un bond de 37 % pour atteindre 20 017 immatriculations, soit une part de 16 %. Les hybrides rechargeables (PHEV) ont également progressé – dans ce cas, à un taux modéré de 2 % d’une année sur l’autre (YoY) pour atteindre 10 509 unités, soit une part de 8,6 %.

Les véhicules électriques purs ont représenté 65 % des ventes de plugins, ce qui constitue une amélioration importante par rapport au taux de 59 % enregistré il y a 12 mois. Bien que la tendance ne soit pas aussi significative qu’ailleurs, il semble que le marché français aille dans la bonne direction, préférant une fois de plus les BEV aux hybrides rechargeables.

Ainsi, la part de marché des véhicules rechargeables (PEV) pour 2024 a commencé à 25 % (16 % de BEV), ce qui représente un petit bond par rapport aux 22 % d’il y a 13 mois. Tout cela laisse à penser que le marché français va dépasser les 30% cette année, contre 26% en 2023. Nous verrons bien !

Les experts avertissent que la voiture électrique est sur le point de faire l’objet d’une guerre des prix

Les véhicules électriques les plus vendus en France

En ce qui concerne les meilleures ventes de janvier, la Peugeot e-208 a commencé la course en première position, grâce à la montée en puissance de la production de la version rafraîchie. Si l’on considère qu’elle n’a commencé l’année 2023 qu’en 4ème position, il semble que la voiture à hayon française cherche à récupérer sa couronne de meilleure vente en 2024, qu’elle avait déjà remportée en 2022.

Mais y parviendra-t-elle ? Étant donné que sa catégorie verra l’arrivée de la Citroën e-C3, moins chère, et de la très attendue Renault 5, ce ne sera pas facile, mais pour l’instant, elle est en tête du peloton…..

La Dacia Spring arrive en deuxième position, avec 1 937 immatriculations, tandis que la Tesla Model 3 a également commencé l’année sur une bonne note, avec 1 623 immatriculations.

Avec un délai entre l’annonce de la fin des subventions pour les VE fabriqués en dehors de l’Europe et la mise en œuvre effective avec de nouvelles commandes, ainsi que des remises importantes sur certains modèles, il semble que pour l’instant les perturbations liées aux subventions ne soient pas visibles sur la table. Deux modèles fabriqués en Chine sont montés sur le podium.

Le gouvernement pousse sa taxe CO2 à l’extrême : la Toyota GR Yaris coûtera plus de 100 000 euros et une Porsche Cayenne sera exonérée

L’une des surprises de ce mois a été la Peugeot 308 qui s’est hissée à la 6e place, avec plus de 1 000 immatriculations, devançant ainsi sa grande rivale, la Renault Mégane EV, qui était 7e avec 1 063 immatriculations (elle était 3e en janvier 2023). La MG4 est 8ème, après avoir été 5ème il y a douze mois.

Fait marquant du bon mois de Stellantis, la Fiat 600e et la Jeep Avenger EV ont toutes deux fait leur entrée dans le classement grâce à des performances record. Le crossover de Fiat a enregistré 445 immatriculations, ce qui lui a permis de terminer le mois à la 14e place, tandis que son cousin américain, qui est également fabriqué à Tychy, en Pologne, a enregistré 345 immatriculations, rejoignant ainsi le tableau à la 20e place.

Un autre modèle récent ayant un impact est la BMW iX1, qui se hisse à la 12e place avec 467 immatriculations. Ce résultat, ajouté à la 15ème place du vétéran Mini Cooper EV, a permis à l’équipementier allemand d’avoir un bon début d’année, ce qui pourrait le placer sur la voie d’une présence sur le podium du classement des équipementiers … mais nous y reviendrons plus tard.

16 % des voitures neuves étaient des BEV en France en janvier

En dehors du top 20, le crossover BYD Atto 3 a failli rejoindre le tableau, terminant le mois avec 328 immatriculations pour son premier mois de commercialisation en France. Un autre crossover compact fabriqué en Chine, le Volvo EX30, s’est également fait remarquer en atteignant 307 immatriculations pour son premier mois de commercialisation.

Enfin, soulignant la “phase d’extinction” de la Renault Zoé, la 8 fois lauréate du titre de meilleure vente en France n’a enregistré que 274 unités en janvier, bien loin des 646 unités d’il y a un an.

Renault se trouve maintenant dans une sorte de no man’s land, avec la très attendue Renault 5 qui draine la demande de la Zoe et, en partie, de la Twingo EV, tandis que la future Renault Scenic, un nouveau crossover compact au prix compétitif, fait certainement une entaille significative aux ventes de la Renault Megane EV, légèrement plus petite. La Scenic est proposée à partir de 41 000 euros, et la version à grande autonomie (batterie de 92 kWh) à partir de 47 000 euros seulement !

Il faut donc s’attendre à un premier trimestre lent pour Renault, avec une reprise des livraisons par la suite.

Principales marques automobiles pour les ventes de véhicules électriques en France

Le processus de transition étant enfin en marche, Peugeot (14,9 %) a été la marque leader de sa gamme BEV en janvier. Il faut s’attendre à ce que la marque française essaie de rester en tête le plus longtemps possible.

Tesla (10,5 %) a commencé en deuxième position, tandis qu’en troisième position, loin des deux premiers, nous avons Renault, avec une part de 7 %.

Dacia a terminé le mois de janvier en 4e position, avec 6,3 %. Elle est suivie par Fiat (6,1 %), qui occupe une surprenante cinquième place, ce qui représente une grande amélioration par rapport à la huitième place qu’elle occupait il y a un an.

Juste en dehors du top 5, nous avons un BMW fort (6%), qui cherche à atteindre la 4ème place à l’avenir.

Il faut s’attendre à deux courses différentes dans le tableau. Les trois premières marques se disputeront le titre, tandis qu’en dessous, Dacia, Fiat, BMW (et peut-être Citroën ?) chercheront à gagner la 4e place.

16 % des voitures neuves étaient des BEV en France en janvier

Dans la course aux équipementiers, le conglomérat multinational Stellantis a commencé l’année avec une part de marché de 25,2 %. Il est suivi de très loin par l’alliance Renault-Nissan (13,8 %), Renault et Dacia tirant le poids de Nissan et Mitsubishi sur leur dos. C’est l’un des problèmes de l’Alliance : alors que les marques peuvent s’affronter avec les meilleurs modèles Stellantis, ceux qui sont sur le banc de touche sont … médiocres. La preuve en est que si l’Alliance a trois représentants sur la table, Stellantis en a … sept.

A la dernière place du podium, nous avons Tesla (10,5%). Ensuite, pour la 4e place, nous avons une course serrée entre le 5e groupe BMW (8,1 %) et le 4e groupe Volkswagen (8 %). Tous deux devancent largement le 6e groupe Hyundai-Kia (6,4 %).

Pour ce qui est de l’avenir, Stellantis devrait conserver sa confortable avance, tandis que l’alliance Renault-Nissan devrait prendre de l’avance sur Tesla (3e) après l’arrivée du nouveau crossover Scenic et de la nouvelle voiture à hayon 5.

En dessous du podium, BMW Group semble être le favori pour l’instant, car la marque éponyme continuera à gagner lentement des parts sur le marché français. Mini perdra probablement des ventes de la Cooper EV une fois que la nouvelle génération fabriquée en Chine débarquera, mais d’un autre côté, la nouvelle Mini Countryman EV devrait compenser la perte de ventes de sa petite sœur.

Le groupe Volkswagen n’a pas de métal frais pour soutenir ses ventes, tandis que les ventes de Hyundai-Kia seront affectées par la perte de subventions pour leurs VE (à l’exception du Hyundai Kona EV fabriqué en République tchèque).

Aidez Le French Style by Céline à se faire connaître

Jeune média indépendant, Le French Style by Céline compte sur votre soutien pour accroître sa visibilité. Contribuez en nous ajoutant à vos favoris sur Google Actualités

Nous suivre sur Google Actualités

Antoine
Antoine
Antoine Laforge, né en 1988 à Marseille, a toujours été fasciné par les automobiles et les jeux vidéo Dès son plus jeune âge, il passait des heures à admirer les voitures, rêvant de devenir pilote ou ingénieur automobile. Après avoir obtenu son baccalauréat scientifique, Antoine a poursuivi ses études en ingénierie mécanique à l'Université de Lyon.

Top Infos

Coups de cœur