AccueilActualitésCela semblait impossible, mais c'est possible : Volkswagen et Renault pourraient s'associer...

Cela semblait impossible, mais c’est possible : Volkswagen et Renault pourraient s’associer pour s’attaquer à la Chine

L'union fait la force et, à l'heure actuelle, tout le monde tente de minimiser l'arrivée de petites voitures électriques bon marché en Chine. En Europe, un partenariat qui était impossible il y a encore quelques années est en train de se mettre en place.

On dit que lorsque la rivière coule, l’eau coule. La Chine met la pression sur les constructeurs européens de véhicules grand public. L’évolution rapide de son industrie a pris de nombreuses marques par surprise et celles-ci voient maintenant leur règne menacé par l’arrivée imminente de petites voitures électriques bon marché.

La capacité de réaction des marques est limitée, car elles sont incapables de suivre le rythme de développement et de production de l’Asie. Dans le but de minimiser les ventes, Renault et Volkswagen confirment des négociations qui pourraient transformer le marché du Vieux Continent.

Huawei propose l’impossible : 1 kilomètre de charge par seconde pour les voitures électriques dans les stations de charge ultra-rapides

Depuis des semaines, la rumeur se répand dans l’espace européen. Depuis des décennies, les marques s’affrontent pour conquérir des segments et arracher des ventes à leurs rivaux. Aujourd’hui, cependant, une nouvelle école de pensée commence à circuler dans les bureaux des grandes marques : l’ennemi de mon ennemi est mon ami.

L’ennemi, c’est la Chine, des marques comme MG, BYD, XPeng ou NIO promettent de prendre d’assaut les segments les plus classiques avec une vague de produits qui répondront aux besoins de nombreux conducteurs. Actuellement, il n’y a pas en Europe de constructeur capable de produire des voitures bon marché et rentables.

Concept Renault
Renault affirme savoir comment fabriquer des voitures électriques petites, bon marché et surtout rentables.

Une alliance continentale qui tentera de s’attaquer à l’énorme puissance de la Chine

Les ennemis de toujours commencent à se regarder d’un œil positif et se tendent la main pour égaliser les chances. Luca de Meo, PDG de Renault, a confirmé à Automotive News Europe qu’il était en “bonnes discussions” avec ses homologues de Volkswagen dans le seul but de développer de petites voitures électriques bon marché qui non seulement démocratiseront la mobilité durable, mais réduiront également l’impact des lancements chinois de plus en plus fréquents dans la région. Il s’agirait d’une coentreprise aussi complexe qu’unique. Personne n’aurait pu l’imaginer il y a seulement cinq ans.

Adieu essence, bonjour innovation : la voiture à trois roues qui se recharge au soleil arrive

M. De Meo lui-même est allé plus loin et a ouvert les bras à tous ceux qui souhaitent unir leurs forces. Depuis des semaines, on spécule sur l’arrivée du groupe Stellantis. Les 14 marques dirigées par Carlos Tavares constitueraient une intégration très importante, même si M. De Meo assure que Renault prendrait la tête du mouvement : “Je suis ouvert à tous ceux qui veulent participer.

J’ai la capacité de production, j’ai la plate-forme et je sais comment le faire. Les Français ont été les premiers à franchir le pas avec des lancements majeurs tels que la Renault 5, ainsi qu’en avançant l’arrivée de nouvelles voitures à bas prix attrayantes telles que la relance de la Renault Twingo.

Concept ID2 de Volkswagen
Les projets de Volkswagen dans le domaine de l’électricité prennent du retard en raison d’échecs persistants.

Les Français et les Allemands pourraient partager cette plateforme pour créer des voitures capables de rivaliser avec la BYD Dolphin Mini et toutes celles qui osent mettre leurs quatre roues en Europe. Renault a déclaré qu’il poursuivrait l’idée, qu’il y ait ou non des partenaires.

Pour l’instant, Volkswagen semble intéressé par la proposition. Leur calendrier est en retard et, bien qu’ils développent des unités à bas prix, on ne sait pas encore quand et comment elles arriveront sur le marché. Stellantis pourrait également être de la partie, bien que son récent achat de Leapmotor puisse nuire à son intérêt. Le conglomérat détient les droits de vente de la marque chinoise en Europe et prévoit déjà de commercialiser des modèles de petite taille et bon marché dans la région.

Aidez Le French Style by Céline à se faire connaître

Jeune média indépendant, Le French Style by Céline compte sur votre soutien pour accroître sa visibilité. Contribuez en nous ajoutant à vos favoris sur Google Actualités

Nous suivre sur Google Actualités

Manon Rocher
Manon Rocherhttps://celinepina.fr
Manon possède une solide expérience dans le domaine de la mode et a travaillé pour de nombreux médias de renom. Manon est passionnée par l'écriture et la mode depuis son plus jeune âge, ce qui l'a poussée à poursuivre une carrière dans ce domaine. Elle est connue pour son style d'écriture précis et informatif, ainsi que pour son approche créative. Elle est constamment à l'affût des dernières tendances et des innovations dans l'industrie, et elle est toujours prête à partager ses connaissances avec son public.

Top Infos

Coups de cœur