AccueilActualitésArcelorMittal devrait bénéficier d'une subvention de 1,3 milliard d'euros pour un projet...

ArcelorMittal devrait bénéficier d’une subvention de 1,3 milliard d’euros pour un projet d’acier vert à base d’hydrogène

L'entreprise luxembourgeoise est déjà accusée d'écoblanchiment pour avoir courtisé des subventions pour de nouveaux équipements qu'elle ne pourra jamais décarboniser.

L’UE a approuvé un plan du gouvernement allemand visant à accorder au géant de l’acier ArcelorMittal 1,3 milliard d’euros (1,4 milliard de dollars) pour décarboniser partiellement deux de ses aciéries avec des équipements conçus pour utiliser de l’hydrogène vert – bien que l’entreprise ait déclaré la semaine dernière que cette technologie était trop coûteuse pour fonctionner avec de l’H2 renouvelable en Europe.

Les producteurs d’acier espèrent utiliser l’hydrogène pour décarboniser leurs aciéries, qui représentent ensemble 7 à 8 % de l’ensemble des émissions mondiales de carbone.

Traditionnellement, le fer est extrait du minerai d’oxyde de fer en brûlant du charbon à coke riche en carbone dans un haut fourneau, où le combustible fossile produit de la chaleur à haute température tout en éliminant l’oxygène du minerai en le convertissant en dioxyde de carbone.

Cette voiture dotée d’un permis de voler arrive au MWC de Barcelone avec plus de 2 800 unités réservées

Cette méthode très polluante peut être remplacée par de l’hydrogène vert dans une installation de réduction directe du fer (DRI), où le H2 réagit avec l’oxygène pour produire de la vapeur (H2O) plutôt que du dioxyde de carbone.

En fait, la réduction directe du fer à base d’hydrogène est actuellement la seule voie éprouvée de décarbonisation de la production d’acier, lorsqu’elle est associée à un four à arc électrique alimenté par des énergies renouvelables.

Toutefois, les usines de désulfuration peuvent également être alimentées par du gaz fossile moins cher, ce qui réduit les émissions de carbone par rapport à un haut fourneau alimenté au coke, mais ne les élimine pas.

Les décideurs politiques souhaitent que les producteurs éliminent les émissions du secteur en utilisant de l’hydrogène vert DRI qui est ensuite transformé en acier vert à l’aide de fours électriques à arc alimentés par des énergies renouvelables, mais comme l’hydrogène vert coûte plus de 5 euros/kg en Europe, la proposition commerciale est difficile à faire, même avec des subventions.

La nouvelle infrastructure remplacera deux des trois hauts-fourneaux à charbon (généralement utilisés pour la fabrication du fer) en service sur les deux sites d’ArcelorMittal, ainsi que deux des quatre fours à oxygène de base (utilisés pour fabriquer de l’acier à partir du fer).

L’avenir de l’industrie automobile réside dans ce moteur à hydrogène de plus de 400 ch de puissance

Si elles sont réalisées, les opérations commenceront en 2026 et les nouvelles unités produiront ensemble 3,8 millions de tonnes d’acier brut par an, selon l’UE, remplaçant la même quantité d’acier fabriquée dans les usines par les méthodes les plus polluantes.

Lorsqu’ArcelorMittal a annoncé pour la première fois son intention de décarboniser Brême et Eisenhüttenstadt en 2021, il envisageait de construire une nouvelle unité de réduction directe de la teneur en carbone sur chacun des deux sites, mais cette idée semble avoir été abandonnée au profit d’une seule unité à Brême, pour laquelle le gouvernement régional de Brême contribue à hauteur de 250 millions d’euros au projet global de 1,3 milliard d’euros.

L’usine de Brême approvisionnerait ensuite un four électrique à arc situé dans le complexe, ainsi que les deux nouveaux fours électriques à arc installés à Eisenhüttenstadt.

À terme, l’usine DRI devrait fonctionner à l’hydrogène vert, afin de réduire considérablement les émissions, qui, selon ArcelorMittal, devraient diminuer de 70 millions de tonnes d’ici à 2041.

Toutefois, à l’instar de plusieurs autres projets de décarbonisation de l’acier d’ArcelorMittal, l’usine DRI fonctionnera dans un premier temps au gaz fossile, sans calendrier précis pour passer à l’hydrogène renouvelable, ce qui soulève la question de savoir si l’usine sera un jour entièrement décarbonisée et expose l’entreprise à des accusations d’écoblanchiment.

La question est d’autant plus pressante que le directeur de la branche européenne d’ArcelorMittal, Geert van Poelvoorde, a déclaré la semaine dernière que l’utilisation d’hydrogène vert dans ses aciéries de l’UE n’était pas rentable.

Au lieu de cela, l’entreprise envisage d’importer de l’anhydride sulfurique d’autres pays où la production d’hydrogène vert est moins coûteuse, a-t-il déclaré.

Et ce, bien que l’entreprise ait obtenu plus de 1,6 milliard d’euros de subventions pour construire des infrastructures de décarbonisation au moment de l’interview de M. van Poelvoorde – un chiffre qui a presque doublé pour atteindre 2,9 milliards d’euros à la suite de l’approbation de l’UE d’aujourd’hui.

“La décarbonisation de l’industrie lourde est essentielle pour réaliser la transition verte”, a déclaré Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive de la Commission européenne chargée de la politique de la concurrence.

“Cette mesure allemande de 1,3 milliard d’euros permet à ArcelorMittal de décarboniser ses sites de production d’acier de Brême et d’Eisenhüttenstadt grâce à l’utilisation de l’hydrogène. En rendant la production d’acier plus écologique, elle contribue à atteindre l’objectif de neutralité climatique de l’UE d’ici à 2050. Dans le même temps, cette mesure permet de limiter les éventuelles distorsions de concurrence.

Aidez Le French Style by Céline à se faire connaître

Jeune média indépendant, Le French Style by Céline compte sur votre soutien pour accroître sa visibilité. Contribuez en nous ajoutant à vos favoris sur Google Actualités

Nous suivre sur Google Actualités

Manon Rocher
Manon Rocherhttps://celinepina.fr
Manon possède une solide expérience dans le domaine de la mode et a travaillé pour de nombreux médias de renom. Manon est passionnée par l'écriture et la mode depuis son plus jeune âge, ce qui l'a poussée à poursuivre une carrière dans ce domaine. Elle est connue pour son style d'écriture précis et informatif, ainsi que pour son approche créative. Elle est constamment à l'affût des dernières tendances et des innovations dans l'industrie, et elle est toujours prête à partager ses connaissances avec son public.

Top Infos

Coups de cœur