Toyota est-il en train de creuser sa tombe en “passant” aux voitures électriques ? Pour l’instant, il bat des records de rentabilité

Date:

Le plus grand constructeur automobile du monde a gagné plus d'argent que jamais au cours du dernier exercice, ce qui confirme pour l'instant le bien-fondé de sa politique de transition vers les voitures électriques. Mais qu'en est-il à long terme ?

À la fin de l’année 2023, le groupe Toyota a une fois de plus confirmé sa position de premier constructeur automobile mondial en vendant plus de 11 millions de véhicules dans le monde. C’est 7,2 % de plus que l’année précédente.

Maintenant que l’année fiscale japonaise est terminée, il a été confirmé que l’entreprise, qui compte également Lexus dans son portefeuille, a battu des records de bénéfices : 5,35 trillions de yens. Cela représente environ 32 milliards d’euros au taux de change.

Toyota souhaite lancer une nouvelle génération de véhicules électriques à partir de 2027, pour laquelle elle a commencé à investir massivement.

Cela contraste fortement avec son succès sur le marché des voitures électriques. C’est d’ailleurs ce qui explique que Toyota vende autant et gagne autant.

BMW révolutionne le marché des voitures électriques : Découvrez le nouveau moteur de roue de Deepdrive

Toyota, une marque qui ne voit pas clairement l’électrification

Pour beaucoup, le fait que la marque pionnière dans le monde de l’électrification automobile – avec Honda – ne se soit pas engagée dans la voiture 100% électrique est une contradiction dans les termes.

Pourtant, Toyota affirme depuis des années que le marché est trop rapide parce que le monde n’est pas prêt à accueillir la voiture tout électrique comme solution de mobilité courante.

En fait, Akio Toyoda a déclaré au début de l’année qu’il s’attendait à ce que la part des voitures électriques sur le marché se stabilise à 30 % du total. Le reste sera constitué de voitures hybrides, le véritable pari de la marque à l’heure actuelle.

Sur le même sujet  Le robotaxi autonome de Hyundai obtient son permis de conduire : mais peu de gens lui font confiance

En outre, le PDG du plus grand constructeur automobile du monde – dont la part des voitures électriques dans les ventes totales n’est actuellement que de 1 % – préconise la règle du 1:6:90.

Cela signifie que les matériaux nécessaires à la fabrication d’une batterie de voiture électrique peuvent être utilisés pour six véhicules hybrides rechargeables et 90 véhicules hybrides à recharge automatique. Une réalité qui influence clairement les coûts et les marges bénéficiaires des fabricants.
Une autre position qui rend très claire l’approche de Toyota vis-à-vis de la voiture électrique est celle du PDG de Toyota en Amérique du Nord, Ted Ogawa. Le patron de la firme japonaise a suscité la controverse en déclarant qu’il préférait acheter des crédits d’émission plutôt que d’investir dans la voiture électrique.

Ce nouveau moteur bicarburant entrera dans l’histoire : C’est fini pour les VE et les FCEV

La voiture électrique oui, mais avec prudence

Pour Toyota, il est clair qu’il faut continuer à se concentrer sur les hybrides, qui sont actuellement les voitures les plus vendues en Europe.

Cela lui a valu des critiques, mais Toyota s’engage à s’adapter aux exigences d’un marché qui, après tout, s’oriente clairement vers les voitures électriques.

image La Toyota bZ4X passe inaperçue sur le marché des voitures électriques.

Actuellement, Toyota dispose déjà d’une offre 100% électrique dans sa gamme, mais la bZ4X illustre parfaitement le faible impact de cette offre sur les ventes. Par exemple, seules 204 unités ont été vendues en Espagne en 2023, ainsi que 16 745 dans l’ensemble de l’Europe. Depuis le début de l’année, seules 147 unités ont été vendues en Espagne.

Sur le même sujet  Le moteur à hydrogène sans batterie de Ferrari : une avancée majeure pour la mobilité durable

Pour l’avenir, la marque prévoit de lancer une nouvelle génération de véhicules électriques à partir de 2027, pour laquelle elle a commencé à investir massivement. Non seulement dans la chaîne d’approvisionnement, mais aussi dans les processus de fabrication, le développement de logiciels et même l’intelligence artificielle.

Toyota adopte-t-il le timing parfait pour réussir la transition vers la voiture électrique ou creuse-t-il sa propre tombe en restant à la traîne de ses concurrents ? Seul l’avenir nous le dira, mais au moins une chose est sûre : elle se lance dans le processus avec les poches pleines.

Antoine
Antoine
Antoine Laforge, né en 1988 à Marseille, a toujours été fasciné par les automobiles et les jeux vidéo Dès son plus jeune âge, il passait des heures à admirer les voitures, rêvant de devenir pilote ou ingénieur automobile. Après avoir obtenu son baccalauréat scientifique, Antoine a poursuivi ses études en ingénierie mécanique à l'Université de Lyon.

Articles connexes

Polémique en Grèce : limitation de la charge des batteries des voitures électriques sur les ferries

La Grèce a récemment introduit une réglementation limitant la charge des batteries des véhicules électriques sur les ferries,...

Le groupe motopropulseur hybride de BYD, d’une autonomie de 2 000 km, est désormais disponible en avant-première

L'une des voitures qui a suscité le plus d'intérêt ces jours-ci à la une de Hybrids and Electrics...

Microsoft va construire au Kenya un centre de données géothermique d’une valeur d’un milliard de dollars

Découvrez comment microsoft et g42 s'associent pour transformer le paysage technologique de l'afrique de l'est avec une infrastructure...

Ce nouveau radar ultra-performant va devenir le pire cauchemar des conducteurs pressés

La sécurité routière est un enjeu majeur pour les autorités françaises, qui ne cessent d'innover pour lutter contre...