Les marques européennes mettent les voitures électriques au frigo et reviennent au développement de moteurs à essence

Date:

Certains constructeurs confirment déjà ouvertement que la vente de voitures électriques n'est pas rentable aujourd'hui et retournent travailler sur les moteurs à essence.

Il aura fallu du temps, mais plusieurs marques européennes ont déjà fait un pas en avant et confirmé qu’elles abandonnaient les moteurs à combustion, car les délais fixés par Bruxelles pour l’électrification de la voiture sont inatteignables.

Il y a quelques années seulement, l’Union européenne a fixé à 2035 la date butoir pour l’interdiction de la vente de voitures à essence et diesel dans l’ensemble de l’UE, un toast au soleil accepté sans discussion par tous les constructeurs, qui ont annoncé publiquement les dates auxquelles l’ensemble de leur gamme de véhicules serait 100 % électrique, généralement autour de 2030.

2030 et au-delà

Mais la réalité têtue a une fois de plus prévalu et les acheteurs, qui sont en fin de compte ceux qui paient pour la fête, ont unanimement dit non à la voiture électrique, du moins dans les termes dans lesquels l’Europe l’envisageait.
Mercedes est l’un des premiers constructeurs à parler ouvertement d’un retard dans les délais.

Mercedes est l'un des premiers constructeurs à parler ouvertement d'un retard dans le calendrier.
Mercedes est l’un des premiers constructeurs à parler ouvertement d’un retard dans le calendrier.

Il est vrai qu’en Europe du Nord, le taux de voitures électriques a explosé ces deux dernières années, une demande pas si réelle que cela, soutenue par les généreuses subventions de Bruxelles qui finançait chaque voiture électrique mise en circulation à hauteur de 5 000 à 6 000 euros.

Ce nouveau moteur bicarburant entrera dans l’histoire : C’est fini pour les VE et les FCEV

Aujourd’hui, ce n’est pas rentable

Mais comme si cela ne suffisait pas, les marques ont découvert qu’aujourd’hui la fabrication et la vente de voitures électriques font un trou dans leur budget, car les énormes investissements réalisés en recherche et développement pour lancer ce type de véhicules ne sont pas rentabilisés chez les concessionnaires, la chute des prix de Tesla ne leur laissant aucune marge bénéficiaire.

Sur le même sujet  Le Japon récidive : le plus grand réacteur nucléaire du monde, qui ne produit pas de déchets radioactifs, est inauguré
Avec la Tesla Model 3, la guerre des prix a commencé.
La baisse des prix de Tesla s’est faite au détriment d’elle-même et d’autres constructeurs.

La semaine dernière, Mercedes a été l’un des premiers constructeurs à parler ouvertement de l’extension de la commercialisation des véhicules à combustion, laissant spécifiquement de côté tout type de message catastrophiste à leur égard en confirmant que pour le moment, leurs plans consistent à les maintenir en vente jusque dans les années 30, ce qui constitue une déclaration d’intention.

VW, Ford, BMW, Stellantis…

De manière beaucoup plus discrète, d’autres constructeurs comme Ford, Renault, Mini et le groupe Volkswagen travaillent dans le même sens, mais de manière plus discrète, comme si le fait de reconnaître qu’ils ne réaliseront pas leurs projets d’électrification était une chose négative.
En l’occurrence, Ford a complètement arrêté l’électrification de son usine d’Almussafes et a confirmé il y a quelques jours la production d’un nouveau modèle à combustion en 2027, bien qu’il s’agisse dans ce cas d’un modèle hybride.

Renault, pour sa part, a lancé la division Horse pour la fabrication de moteurs à combustion, qui lui permet de produire et de travailler sur ce type de moteurs thermiques sans que l’entreprise n’ait à “montrer le bout de son nez”, en principe ces moteurs seront destinés à d’autres marchés que l’Europe.

Horse, propriété de Renault, poursuit le développement de moteurs thermiques
Horse, propriété de Renault, poursuit le développement de moteurs thermiques

BMW a envoyé un message codé par l’intermédiaire de Mini, qui devrait en théorie être proche de l’électrification complète, et a déjà lancé un nouveau Contryman à moteur hybride, comme ce sera le cas pour d’autres modèles BMW.
Le groupe VW a confirmé, lors d’un récent voyage de presse dans son usine de Landaben, qu’il travaillait déjà sur des plates-formes multi-énergies qui lui permettront de produire la même voiture en version électrique et hybride, une solution pour laquelle Stellantis a opté il y a des années.

Stellantis a mis le doigt dans l’engrenage

Le groupe français Stellantis, sous la direction de Carlos Tavares, a été l’un des meilleurs à lire l’évolution du secteur, car il travaille depuis des années avec une philosophie intégrative et non exclusive, ce qui signifie que tous ses lancements auront des versions à la fois à carburant et électriques, des hybrides non rechargeables et des hybrides rechargeables.

Sur le même sujet  Adieu aux moteurs et aux batteries des voitures : l'invention japonaise qui va tout changer
Le PDG de Stellantis prédit des changements dans les voitures électriques
Le PDG de Stellantis semble avoir fait mouche pour le moment.

L’option la plus raisonnable pour le moment, car c’est finalement l’acheteur qui choisira le type de moteur qui lui convient le mieux, et non le comité des sages de Bruxelles.

Une chose est sûre, dans quelques années, la voiture sera électrique ou ne sera pas, car le monde ne peut pas se permettre de continuer à brûler du carburant pour se déplacer, même si la date n’a pas encore été prise en compte, une erreur d’appréciation qui a laissé en suspens la viabilité de certains constructeurs européens et qui a invité les constructeurs chinois à se lancer dans l’aventure européenne.

Toyota est-il en train de creuser sa tombe en “passant” aux voitures électriques ? Pour l’instant, il bat des records de rentabilité

Les raisons de ce changement de stratégie

Plusieurs facteurs expliquent ce revirement :

  1. Coûts de production élevés : La fabrication de véhicules électriques nécessite des investissements considérables dans les batteries et l’infrastructure de recharge.
  2. Incitations gouvernementales fluctuantes : Les subventions et incitations fiscales pour les véhicules électriques varient considérablement selon les pays, créant une incertitude pour les fabricants.
  3. Demande du marché : La demande pour les véhicules électriques est encore limitée dans certains segments du marché, notamment en raison de l’autonomie et du coût initial.

Impacts sur l’industrie automobile

Cette décision aura plusieurs conséquences pour l’industrie automobile :

  • Réallocation des ressources : Les constructeurs investiront davantage dans l’amélioration des moteurs à essence existants et dans la recherche de nouvelles technologies pour rendre ces moteurs plus efficaces et moins polluants.
  • Adaptation des lignes de production : Les usines devront ajuster leurs lignes de production pour répondre à cette nouvelle orientation stratégique.
  • Répercussions sur les objectifs environnementaux : Ce changement pourrait ralentir les progrès vers les objectifs de réduction des émissions de CO2 à court terme.
Sur le même sujet  Nouveaux seuils d'allocations 2023 : Ce que toute mère doit savoir

Exemples de marques et de modèles concernés

Plusieurs grands noms de l’industrie automobile européenne sont impliqués dans cette réorientation stratégique. Parmi eux :

  • Volkswagen : Bien que pionnière dans le développement de véhicules électriques avec sa gamme ID, la marque réinvestit également dans l’optimisation de ses moteurs thermiques.
  • BMW : Connu pour ses modèles hybrides, BMW continue de développer des moteurs à essence performants parallèlement à ses innovations électriques.
  • Renault : Tout en poursuivant son engagement envers les véhicules électriques, Renault réévalue l’équilibre entre ses offres électriques et thermiques pour mieux répondre aux réalités du marché.

Tableau comparatif des coûts de développement

Facteur Véhicules électriques Moteurs à essence
Coût de production Élevé Modéré
Investissement initial Très élevé Modéré
Infrastructure nécessaire Recharges publiques Stations-service
Demande du marché Croissante mais limitée Établie
Subventions et incitations fiscales Variables Moins fréquentes

Renault cherche à adopter la clé du succès de BYD pour ses futures voitures électriques

FAQ

Pourquoi les marques européennes ralentissent-elles le développement de voitures électriques ? Les coûts élevés de production et l’incertitude autour des incitations gouvernementales poussent les constructeurs à réévaluer leur stratégie.

Quels sont les impacts de ce changement de stratégie ? Les constructeurs investiront davantage dans les moteurs à essence, ajusteront leurs lignes de production et pourraient ralentir les progrès vers les objectifs environnementaux à court terme.

Quelles marques sont concernées par cette réorientation ? Des marques comme Volkswagen, BMW, et Renault réévaluent l’équilibre entre leurs offres électriques et thermiques.

Quelles sont les principales raisons de la baisse de la demande pour les véhicules électriques ? L’autonomie limitée et le coût initial élevé freinent encore certains segments du marché.

Antoine
Antoine
Antoine Laforge, né en 1988 à Marseille, a toujours été fasciné par les automobiles et les jeux vidéo Dès son plus jeune âge, il passait des heures à admirer les voitures, rêvant de devenir pilote ou ingénieur automobile. Après avoir obtenu son baccalauréat scientifique, Antoine a poursuivi ses études en ingénierie mécanique à l'Université de Lyon.

Articles connexes

Polémique en Grèce : limitation de la charge des batteries des voitures électriques sur les ferries

La Grèce a récemment introduit une réglementation limitant la charge des batteries des véhicules électriques sur les ferries,...

Le groupe motopropulseur hybride de BYD, d’une autonomie de 2 000 km, est désormais disponible en avant-première

L'une des voitures qui a suscité le plus d'intérêt ces jours-ci à la une de Hybrids and Electrics...

Microsoft va construire au Kenya un centre de données géothermique d’une valeur d’un milliard de dollars

Découvrez comment microsoft et g42 s'associent pour transformer le paysage technologique de l'afrique de l'est avec une infrastructure...

Ce nouveau radar ultra-performant va devenir le pire cauchemar des conducteurs pressés

La sécurité routière est un enjeu majeur pour les autorités françaises, qui ne cessent d'innover pour lutter contre...