Destinus-3, le turboréacteur qui permettra de passer de la paraffine à l’hydrogène à des vitesses supersoniques

Date:

Ce moteur, basé sur le General Electric CJ610, vise à assurer la durabilité de l'aviation grâce à l'hydrogène. Les ingénieurs de Destinus adaptent le moteur pour un contrôle précis de l'hydrogène injecté dans la chambre de combustion, en utilisant un injecteur imprimé en 3D.

La startup suisse Destinus tente de révolutionner l’aviation avec Destinus-3, un turboréacteur alimenté par de l’hydrogène, un carburant durable, avec lequel la startup souhaite évoluer vers un vol entièrement basé sur la molécule verte. Basé sur le turboréacteur classique General Electric CJ610, Destinus-3 intègre une postcombustion sur mesure qui permettra au prototype d’atteindre des vitesses supersoniques grâce à l’hydrogène, indique l’entreprise aéronautique européenne dans un communiqué.

L’avion à hydrogène Destinus en vol.

Le CJ610 est un turboréacteur ayant un demi-siècle d’applications civiles et militaires, capable de générer une poussée de 1 338 kg grâce à son compresseur à 8 étages et à sa turbine à 2 étages. Conçu à l’origine pour brûler de la paraffine, une forme moins dense d’essence, le moteur doit être modifié pour s’adapter aux propriétés spécifiques de l’hydrogène, adaptations qui constituent une étape essentielle vers l’objectif visionnaire de Destinus, à savoir assurer la durabilité de l’aviation grâce à l’hydrogène.

L’effondrement du prix du lithium annonce une révolution du coût des batteries

De la paraffine à l’hydrogène : un carburant durable

L’énergie basée sur l’hydrogène a attiré les scientifiques et les gouvernements du monde entier au cours des dernières décennies. Récemment, cet intérêt s’est accru de manière exponentielle pour une bonne raison : elle présente un potentiel indéniable dans la lutte pour la décarbonisation.

L’hydrogène peut être obtenu à partir de l’eau par un simple processus d’électrolyse, ne libérant que de l’oxygène comme sous-produit (à condition que l’énergie utilisée dans l’électrolyse provienne de sources renouvelables). Une fois obtenu, l’hydrogène est très réactif et facile à enflammer, ce qui en fait un excellent candidat pour un carburant durable et efficace pour les avions supersoniques.

Sur le même sujet  L'hydrogène noir pourrait être la pire idée de tous les temps : l'invention qui vient de se retourner contre nous

Destinus-3, le turboréacteur qui permettra de passer de la paraffine à l'hydrogène à des vitesses supersoniques

La relation entre la quantité de paraffine injectée et la poussée générée par le moteur est désormais bien connue, mais l’hydrogène présente des propriétés différentes, ce qui a conduit les ingénieurs de Destinus à estimer théoriquement la quantité d’hydrogène nécessaire pour obtenir une poussée donnée.

Ils s’attachent maintenant à valider ces calculs par des essais, en confirmant la quantité prédite et le taux d’hydrogène nécessaire, afin de procéder à des ajustements si nécessaire. Pour vérifier si le moteur réagit comme prévu, les ingénieurs injectent de petites quantités d’hydrogène gazeux (GH2) dans la chambre de combustion. Ces tests seront effectués sur le site d’essai de Destinus pour la propulsion à l’hydrogène, au siège d’origine de l’entreprise à Payerne, en Suisse, afin de garantir un environnement sûr et fiable. [Le prototype Destinus-3 est présenté ci-dessous].

La recharge sans fil pour les voitures électriques : l’invention qui permettra d’éliminer définitivement les bornes de recharge

Adaptation du moteur à l’hydrogène

Le passage à l’hydrogène implique une adaptation du moteur pour un contrôle précis de l’hydrogène injecté dans la chambre de combustion. Dans cette optique, les ingénieurs de Destinus ont développé en interne un injecteur imprimé en 3D spécialement conçu pour ce cas d’utilisation. Ces injecteurs personnalisés ont remplacé les injecteurs initiaux pour répondre aux exigences uniques de la combustion de l’hydrogène.

Gaz, puis hydrogène liquide : une approche nécessaire

Les premiers essais porteront sur l’hydrogène gazeux (GH2) en raison du défi que représente le stockage de l’hydrogène liquide à des températures extrêmement basses, de l’ordre de -250°C. Si ces conditions ne sont pas respectées, l’hydrogène liquide pourrait devenir gazeux, se dilater et créer un risque de rupture. Malgré son efficacité moindre, le GH2 constitue un moyen sûr et précieux d’analyser les performances des moteurs à l’hydrogène lorsqu’il est associé aux nouveaux injecteurs.

Sur le même sujet  Voyage spatial révolutionnaire : un ballon propulsé par un carburant vert, mais réussira-t-il ?

Destinus est une entreprise aéronautique européenne de création récente, basée en Suisse, en France, aux Pays-Bas et en Allemagne, et présente en Espagne depuis 2021. Elle compte plus de 200 employés dans le monde, dont la plupart sont des ingénieurs, et une cinquantaine à son siège madrilène situé dans le pôle technologique de Tres Cantos (Madrid), l’un des centres névralgiques de l’entreprise.

Parmi ses membres les plus éminents, l’astronaute et ancien ministre Pedro Duque, président d’Hispasat, a rejoint en 2022 le conseil d’administration de Destinus, qui se composait jusqu’alors de Mikhail Kokorich, fondateur et PDG de l’entreprise, de Cornelius Boersch, l’un des investisseurs les plus actifs dans les start-ups en Europe, et de Philipp Rösler, ancien vice-chancelier et ancien ministre de l’économie et de la technologie d’Allemagne. L’équipe de Destinus est l’une des plus multiculturelles d’Europe, avec actuellement 30 nationalités.

Destinus est à l’origine d’innovations techniques de pointe pour diverses industries européennes, telles que l’aérospatiale, l’hydrogène, l’énergie et la défense, en développant des systèmes de vol autonomes alimentés par l’IA et des moteurs à turbine avancés.

Ses avancées technologiques offrent une efficacité et des performances qui repoussent les limites des drones supersoniques et hypersoniques, des technologies de l’hydrogène, de l’aviation durable avancée et de la production d’énergie, explique l’entreprise, qui est également pionnière de la prochaine vague d’innovations de défense éprouvées au combat et de systèmes de propulsion combinant les technologies des turboréacteurs et des statoréacteurs pour les futurs véhicules hypersoniques.

Manon Rocher
Manon Rocherhttps://celinepina.fr
Manon possède une solide expérience dans le domaine de la mode et a travaillé pour de nombreux médias de renom. Manon est passionnée par l'écriture et la mode depuis son plus jeune âge, ce qui l'a poussée à poursuivre une carrière dans ce domaine. Elle est connue pour son style d'écriture précis et informatif, ainsi que pour son approche créative. Elle est constamment à l'affût des dernières tendances et des innovations dans l'industrie, et elle est toujours prête à partager ses connaissances avec son public.

Articles connexes

Un moteur de 10 kg qui change tout : comment Aquarius Engines repense la motorisation avec le plus petit moteur de l’histoire

Dans une quête incessante d'innovations en matière de motorisation, une entreprise a récemment marqué un tournant significatif en...

Polémique en Grèce : limitation de la charge des batteries des voitures électriques sur les ferries

La Grèce a récemment introduit une réglementation limitant la charge des batteries des véhicules électriques sur les ferries,...

Le groupe motopropulseur hybride de BYD, d’une autonomie de 2 000 km, est désormais disponible en avant-première

L'une des voitures qui a suscité le plus d'intérêt ces jours-ci à la une de Hybrids and Electrics...

Microsoft va construire au Kenya un centre de données géothermique d’une valeur d’un milliard de dollars

Découvrez comment microsoft et g42 s'associent pour transformer le paysage technologique de l'afrique de l'est avec une infrastructure...