Ce pays européen est un paradis pour les voitures électriques, le problème : il est en train de détruire son économie.

La Norvège, souvent célébrée comme le modèle ultime de la transition vers les véhicules électriques (VE), fait face à un paradoxe économique.

Les politiques incitatives qui ont propulsé le pays au sommet de la mobilité électrique se révèlent aujourd’hui être un double tranchant, menaçant l’équilibre fiscal du pays. Cet article explore les défis inattendus auxquels la Norvège est confrontée, entre succès écologique et réalités économiques.

La Norvège, reconnue comme un havre pour les véhicules électriques, est aujourd’hui à la croisée des chemins. Sa stratégie de promotion des VE, bien que fructueuse en termes de durabilité environnementale, a engendré des conséquences économiques imprévues. Les subventions et exonérations fiscales, jadis moteurs de cette révolution verte, ont creusé un déficit significatif dans les finances nationales.

Des subventions généreuses et leur impact sur le marché

La Norvège se distingue par un taux impressionnant de véhicules électriques, dépassant 80 % des nouvelles immatriculations. Cette prouesse est largement attribuable à des mesures incitatives, notamment l’exonération de la TVA de 25 %. Cette politique a conduit à des anomalies de marché, telles que le coût d’une Tesla Model 3 inférieur à celui d’une Toyota Corolla.

L’exemption de la taxe sur le CO2 pour les VE a également joué un rôle crucial. Cependant, ces avantages fiscaux ont eu un impact direct sur les recettes de l’État, entraînant un déficit de plus de 1,8 milliard d’euros.

La dernière initiative de Toyota pour dire adieu aux voitures électriques : l’hydrogène est essentiel

Nouvelles taxes et répercussions sur le marché

Face à cette situation, la Norvège a introduit de nouvelles taxes, dont une basée sur le poids des véhicules, visant à rééquilibrer ses finances. Cette mesure, initialement non appliquée aux VE, a été étendue aux modèles avec des batteries de plus de 70 kWh. Par exemple, une Mercedes EQS, avec une batterie lourde, subit une réduction significative de son autonomie effective.

La nouvelle taxe impose environ 1,19 EUR par kilogramme supplémentaire au-delà des 500 premiers kg. Ainsi, un VE moyen de 2 000 kg pourrait se voir imposer environ 1 680 euros de taxe, plus la TVA.

Cette politique soulève des questions sur l’avenir de la domination des VE sur le marché norvégien. Bien que les ventes aient légèrement diminué, les VE restent en tête des ventes dans le pays.

Adieu aux batteries actuelles des voitures: les nouvelles batteries qui sauveront les voitures à combustion sont là !

Vers un avenir incertain

L’expérience norvégienne met en lumière les défis d’un modèle de développement durable basé sur l’électrification. Les nouvelles taxes, semblables à des initiatives en Italie et en Allemagne, soulèvent des inquiétudes quant à la viabilité à long terme de ces politiques. La Norvège, autrefois modèle de transition écologique, se trouve désormais à naviguer dans les eaux troubles d’un équilibre économique précaire.

 

Aidez Le French Style by Céline à se faire connaître

Jeune média indépendant, Le French Style by Céline compte sur votre soutien pour accroître sa visibilité. Contribuez en nous ajoutant à vos favoris sur Google Actualités

Nous suivre sur Google Actualités

Manon Rocher
Manon Rocherhttps://celinepina.fr
Manon possède une solide expérience dans le domaine de la mode et a travaillé pour de nombreux médias de renom. Manon est passionnée par l'écriture et la mode depuis son plus jeune âge, ce qui l'a poussée à poursuivre une carrière dans ce domaine. Elle est connue pour son style d'écriture précis et informatif, ainsi que pour son approche créative. Elle est constamment à l'affût des dernières tendances et des innovations dans l'industrie, et elle est toujours prête à partager ses connaissances avec son public.

En rapport

Essai de la BMW iX5 Hydrogen : l’avenir des voitures à pile à combustible ?

Imaginez que vous êtes en 2008, ou en 2009....

Les moteurs à hydrogène ont été inventées par un Espagnol dans les années 1970. Aujourd’hui, ils pourraient être l’avenir de l’industrie automobile

Aujourd'hui, plusieurs constructeurs automobiles et sociétés énergétiques investissent dans...

Toyota met un terme aux adieux aux voitures diesel. Elle a un plan pour sauver les voitures à combustion

Toyota, comme la plupart des grands constructeurs automobiles, investit...

L’hydrogène noir pourrait être la pire idée de tous les temps : l’invention qui vient de se retourner contre nous

Dans un monde en quête incessante de solutions énergétiques...