Voitures électriques : la fin d’un rêve écolo ? La vérité sur les émissions qui pourrait sonner le glas de leur avenir radieux

Date:

La définition des voitures à zéro émission remise en question : une décision de justice au Royaume-Uni met en lumière les émissions cachées tout au long du cycle de vie des véhicules électriques.

Il semble exister un consensus, du moins au sein de l’Union européenne, sur le fait que les voitures électriques remplaceront en grande partie les voitures à moteur thermique à essence et diesel dans les années à venir. En effet, des dates ont déjà été fixées pour ce remplacement : d’ici 2035, elles ne seront plus vendues dans tous les pays de l’UE et, d’ici 2050, les voitures émettant du CO2 seront officiellement retirées des routes européennes pour de bon. Ce processus a déjà commencé dans plusieurs grandes villes européennes, avec la création de zones à faibles émissions (LEZ), où l’accès aux véhicules à émissions non nulles est limité, voire interdit.

Jusqu’à présent, la définition d’une voiture à zéro émission semblait claire. Il s’agit du nom donné aux véhicules qui fonctionnent à l’énergie électrique, produite par une batterie ou une pile à combustible à hydrogène. Ce faisant, ils ne rejettent pas d’émissions polluantes dans l’environnement et ne contribuent pas au réchauffement de la planète. En principe, toutes les voitures électriques commercialisées répondent à ces caractéristiques, mais une récente décision de justice au Royaume-Uni remet en question le fait qu’elles puissent encore être considérées comme des véhicules “zéro émission”.

Quelle est la similitude entre l’Alfa Romeo Milano et le fromage Parmigiano ?

Le tribunal contre la publicité de BMW et MG

L’Advertising Standards Authority (ASA) est une organisation qui ne dépend pas de l’État britannique, mais qui n’est pas non plus totalement indépendante, car elle est étroitement associée à l’industrie britannique de la publicité. L’ASA est chargée, entre autres, de contrôler les campagnes publicitaires et de veiller à ce que les informations fournies et promues par la publicité soient exactes.

Sur le même sujet  Pourquoi Renault repousse-t-il son objectif de gamme 100% électrique et quelles sont les implications pour les consommateurs ?

C’est l’ASA qui a assigné en justice deux grands constructeurs automobiles, BMW et MG, au Royaume-Uni, les accusant d’avoir menti dans de récentes campagnes de marketing sur les médias sociaux en présentant comme des voitures à zéro émission des véhicules qui ne sont pas nécessairement définis comme tels.

Les tribunaux ont tranché en faveur de l’ASA et ont forcé le retrait des publicités de MG et BMW, qui prétendaient que leurs voitures électriques ne produisaient pas d’émissions. C’est en partie vrai, car ces voitures fonctionnent à l’électricité et n’émettent pas de polluants.

Adieu bonus écologique : la fin des voitures électriques à prix cassés ?

Du berceau à la tombe : être ou ne pas être une voiture zéro émission

Le législateur britannique a pris en compte l’ensemble du processus de vie d’une voiture électrique, depuis l’extraction des minerais utilisés pour sa fabrication et les différents processus industriels entourant les accessoires et équipements utilisés, jusqu’à la façon dont elle est transformée en ferraille et recyclée une fois sa vie utile terminée. En réalité, les constructeurs automobiles – et nous ne parlons pas seulement de BMW et de MG – ne peuvent garantir l’absence d’émissions polluantes tout au long de ce processus, de sorte qu’ils ne devraient pas s’auto-décrire comme des voitures à zéro émission.

Bien que le Royaume-Uni ne soit plus membre de l’Union européenne, cette décision crée un précédent intéressant qui pourrait être utilisé par les marques automobiles qui continuent d’insister sur la production et la commercialisation de voitures à moteur à combustion et qui cherchent des arguments pour les mettre sur un pied d’égalité avec les voitures électriques.

Sur le même sujet  C'est le carburant futuriste de l'aviation : il a réalisé ce que l'électricité et l'hydrogène ne peuvent pas faire

D’autre part, la position de l’ASA et la décision des tribunaux anglais mettent sur la table la nécessité d’élargir le concept de ce que devrait être un véhicule zéro émission. Cela implique également des changements importants et durables à tous les stades de la fabrication des voitures électriques, depuis les gisements de minéraux pour la construction des carrosseries et des batteries, jusqu’à leur traitement final en tant que ferraille.

Antoine
Antoine
Antoine Laforge, né en 1988 à Marseille, a toujours été fasciné par les automobiles et les jeux vidéo Dès son plus jeune âge, il passait des heures à admirer les voitures, rêvant de devenir pilote ou ingénieur automobile. Après avoir obtenu son baccalauréat scientifique, Antoine a poursuivi ses études en ingénierie mécanique à l'Université de Lyon.

Articles connexes

Polémique en Grèce : limitation de la charge des batteries des voitures électriques sur les ferries

La Grèce a récemment introduit une réglementation limitant la charge des batteries des véhicules électriques sur les ferries,...

Le groupe motopropulseur hybride de BYD, d’une autonomie de 2 000 km, est désormais disponible en avant-première

L'une des voitures qui a suscité le plus d'intérêt ces jours-ci à la une de Hybrids and Electrics...

Microsoft va construire au Kenya un centre de données géothermique d’une valeur d’un milliard de dollars

Découvrez comment microsoft et g42 s'associent pour transformer le paysage technologique de l'afrique de l'est avec une infrastructure...

Ce nouveau radar ultra-performant va devenir le pire cauchemar des conducteurs pressés

La sécurité routière est un enjeu majeur pour les autorités françaises, qui ne cessent d'innover pour lutter contre...