Salon international de l’automobile de Pékin : BYD, roi de la voiture électrique

Date:

BYD, qui signifie "construisez vos rêves", est la marque chinoise de voitures 100 % électriques. Son histoire remonte à 1995 et est marquée par son ascension rapide dans l'industrie automobile et sa focalisation sur la technologie des voitures électriques.

Le salon international de l’automobile de Pékin, appelé Auto China 2024, s’est une fois de plus confirmé comme l’un des événements automobiles les plus importants du secteur. Quatre ans après sa dernière édition – le salon n’aura pas lieu en 2022 en raison de la politique Covid Zero de la Chine – l’industrie automobile chinoise a une fois de plus démontré son pouvoir sur le reste du secteur. Cette puissance réside dans une offensive sans précédent non seulement des nouveaux modèles énergétiques, comme les Chinois aiment les appeler, mais aussi dans le fait que le leadership en matière de véhicules électriques n’est égalé par aucun autre salon.

L’exposition, qui se tient jusqu’au 5 mai, a dévoilé 117 nouveaux modèles et 41 prototypes, dont certains intègrent des hélices dans le but ultime de les faire voler à l’avenir. Mais 278 véhicules à énergie nouvelle ont également été présentés. Mais si cet événement a permis de montrer clairement que le rival à battre pour les constructeurs traditionnels est la Chine, il n’est pas surprenant que les consortiums automobiles consolidés aient décidé de ne pas s’en tenir à la Chine.

Les entreprises les plus importantes du secteur automobile se rencontrent ces jours-ci au salon de l’automobile de Pékin. Avec un œil sur le marché des voitures électriques, plusieurs marques ont fait le pari d’être compétitives sur ce marché de plus en plus concurrentiel.

La plus importante est l’entreprise chinoise BYD, une marque qui, il y a quelques années encore, se consacrait exclusivement à la vente de batteries pour téléphones portables. BYD est devenu le plus grand vendeur de voitures électriques au monde, le marché chinois étant son principal secteur. Elon Musk a été le plus grand perdant, puisque son entreprise, Tesla, a été évincée par cette marque chinoise.

Beijing Auto Show: China looks to expand dominance of EV market

Sur le même sujet  H2 Starfire Omega 1 : Astron Aerospace présente un moteur thermique à piston rotatif sans émission

Le magnat sud-africain a annoncé au début de l’année qu’un nouveau véhicule, au prix plus abordable, serait lancé sur le marché pour concurrencer les marques chinoises, avec des propositions différentes des voitures électriques haut de gamme que Musk a introduites dans l’industrie automobile. Xiaomi, une entreprise connue dans le monde entier pour la production de téléphones portables, a présenté début avril une voiture qui rivaliserait avec Tesla pour un prix beaucoup moins élevé.
La Chine mise tout sur les voitures électriques

La numérisation de la Chine est également présente dans les voitures, faisant de ces innovations le principal attrait pour les acheteurs de voitures électriques dans le pays asiatique. Il convient de noter que BYD exporte moins de 10 % de sa production, ce qui prouve que ces avancées n’attirent pas autant l’attention en Occident. “La technologie est bonne, le coût n’est pas si élevé et la qualité est bonne”, a déclaré l’un des visiteurs du salon à propos des voitures de BYD, ajoutant qu'”ils ont également beaucoup amélioré le design”.

Le géant chinois a également réussi à vendre plus de voitures électriques dans son pays que de grandes entreprises telles que Volkswagen, et a dépassé l’américain Ford en termes de parts de marché. C’est en partie la conséquence de l’important soutien financier que ces entreprises reçoivent de l’État, même si elles ont encore beaucoup de mal à pénétrer le marché occidental.

Il n’est pas surprenant que les consortiums automobiles consolidés, tels que Volkswagen ou Stellantis, aient changé de stratégie pour ne pas être distancés dans une course, la course électrique, qu’ils ne dominent pas. Et il est impossible de rivaliser avec les constructeurs chinois, bien plus habiles en matière de recherche et développement et d’économies d’échelle lorsqu’il s’agit de produire des modèles entièrement électriques.

Sur le même sujet  Cette marque Française sera la MG des voitures à hydrogène. Ils ont trouvé la clé de leur moteur et veulent mettre à la retraite les voitures électriques

En effet, ils possèdent l’ensemble de la chaîne de valeur des véhicules électriques, depuis les minéraux essentiels jusqu’au développement des batteries. Dans le cas du groupe Volkswagen, le géant allemand de l’automobile s’est associé à d’autres fabricants chinois locaux afin d’atteindre la parité des coûts en Chine avec la concurrence locale d’ici 2026. Stellantis, pour sa part, a choisi d’acquérir 20 % du fabricant chinois de véhicules électriques Leapmotor pour 1,5 milliard d’euros afin de bénéficier de sa connaissance du marché chinois et d’implanter la marque sur le Vieux Continent dans un avenir proche.

Le salon de l’automobile de Pékin a accueilli un grand nombre de marques, mais la grande majorité d’entre elles produisent pour le marché local. Un marché, le plus grand du monde, caractérisé par l’utilisation de technologies de pointe qui ne sont pas encore matures en Europe.

Trois grandes entreprises étaient au centre de l’attention : BYD, Chery et Xiaomi. BYD, le rival de Tesla dans la course au leadership des ventes de VE, a dévoilé son premier modèle de berline électrique pour sa marque haut de gamme Denza. La Denza Z9GT est un modèle destiné à concurrencer Mercedes-Benz dans le segment du luxe électrique. Chery, un groupe qui s’est installé dans les anciennes installations de la Zona Franca à Barcelone avec EV Motors, a présenté la Tiggo 9, son nouveau vaisseau amiral pour sa marque éponyme, qui ne devrait pas arriver en Europe.

Xiaomi est un autre constructeur qui a attiré l’attention avec son modèle électrique SU7. Non seulement en raison de la vue rapprochée de cette voiture de sport aux allures de Porsche Taycan, mais aussi parce que son président, Lei Jun, attirait une foule de photographes à chacun de ses pas. Le dirigeant chinois a lui-même reconnu que l’entreprise avait déjà dépassé les 75 000 commandes pour ce modèle en moins d’un mois depuis son lancement, et s’est fixé pour objectif de dépasser les 10 000 livraisons par mois d’ici la fin du mois de juin.

Antoine
Antoine
Antoine Laforge, né en 1988 à Marseille, a toujours été fasciné par les automobiles et les jeux vidéo Dès son plus jeune âge, il passait des heures à admirer les voitures, rêvant de devenir pilote ou ingénieur automobile. Après avoir obtenu son baccalauréat scientifique, Antoine a poursuivi ses études en ingénierie mécanique à l'Université de Lyon.

Articles connexes

Polémique en Grèce : limitation de la charge des batteries des voitures électriques sur les ferries

La Grèce a récemment introduit une réglementation limitant la charge des batteries des véhicules électriques sur les ferries,...

Le groupe motopropulseur hybride de BYD, d’une autonomie de 2 000 km, est désormais disponible en avant-première

L'une des voitures qui a suscité le plus d'intérêt ces jours-ci à la une de Hybrids and Electrics...

Microsoft va construire au Kenya un centre de données géothermique d’une valeur d’un milliard de dollars

Découvrez comment microsoft et g42 s'associent pour transformer le paysage technologique de l'afrique de l'est avec une infrastructure...

Ce nouveau radar ultra-performant va devenir le pire cauchemar des conducteurs pressés

La sécurité routière est un enjeu majeur pour les autorités françaises, qui ne cessent d'innover pour lutter contre...