Le PDG de Stellantis, M. Tavares, remet la viabilité des voitures électriques en question

Date:

Le PDG de Stellantis était l'un des participants à la deuxième édition du Forum sur la liberté de la mobilité. Il y a exprimé clairement ses idées.

Mercredi dernier a eu lieu une nouvelle édition du forum “Liberté de la mobilité”, un forum ouvert promu par Stellantis qui vise à fournir au public différentes perspectives alors que la société est confrontée aux futurs défis de la mobilité. Carlos Tavares, PDG de Stellantis, était l’un des participants à ce débat intéressant dont le thème central était : “Comment la planète va-t-elle répondre aux besoins de mobilité de huit milliards de personnes au cours des prochaines décennies ? Pendant deux heures, le dirigeant portugais a exposé clairement ses idées.

Pas de solution globale

De même que de nombreux citoyens ne voient pas d’un bon œil une mobilité future axée sur les voitures électriques, M. Tavares a exprimé ses doutes quant à la viabilité des voitures électriques dans toutes les régions du monde : “Nous devrions nous éloigner d’une pensée dogmatique qui s’applique à tout le monde. Je ne pense pas que cela fonctionnera. Ce que je voudrais ajouter, c’est que les véhicules électriques d’aujourd’hui peuvent être une solution pour certaines de nos sociétés”.

À cet égard, l’accès à l’électricité constitue un obstacle majeur pour les voitures à batterie dans les pays moins développés. Selon Roberto Schaeffer, professeur d’économie de l’énergie à l’université fédérale de Rio de Janeiro, environ 800 millions de personnes n’ont pas accès à l’électricité, tandis que “beaucoup d’autres” ne disposent pas d’un réseau électrique stable sur lequel s’appuyer. C’est pourquoi, à l’instar de M. Tavares, il a souligné que le fait de considérer les voitures électriques comme une option largement répandue est une “perspective globale du Nord”, qui fait référence à des régions telles que l’Europe et l’Amérique du Nord. Pour cet invité du forum, les biocarburants seraient une meilleure alternative.

Sur le même sujet  Virage hydrogène : une marque de luxe mondialement connue innove dans l'énergie du futur

“La mobilité électrique n’est pas la solution, du moins pas dans les 20 à 30 prochaines années, lorsque nous devrons vraiment parvenir à des émissions nettes nulles. Nous devons penser à la pauvreté en carburant. La pauvreté dans les transports est une réalité dans les pays du Sud. Nous devons garder à l’esprit qu’il n’existe pas de solution unique en matière de mobilité”, a déclaré M. Schaeffer lors du forum.

Une grande marge de progression pour les batteries

Carlos Tavares a mis l’accent sur les batteries des voitures électriques, qui auront besoin d’une “percée très importante en termes de chimie” pour réduire leur poids de moitié au cours de la prochaine décennie et réaliser une amélioration majeure en termes de densité de puissance des cellules. Le PDG de Stellantis a déclaré que les quelque 500 kilos de matières premières actuellement nécessaires pour créer une batterie ne semblent pas être un résultat très raisonnable d’un point de vue environnemental : “Cela n’a aucun sens de mettre 500 kilos de matières premières supplémentaires dans un véhicule électrique pour obtenir une autonomie décente de 400 kilomètres. Ce problème sera résolu au cours de la prochaine décennie grâce à une nouvelle chimie qui, soit dit en passant, résoudra, espérons-le, le problème de la pénurie de lithium.

“L’industrie, sur la base de nouvelles chimies, doit réaliser au cours de la prochaine décennie une percée en termes de densité de puissance des cellules, afin de réduire le poids et l’utilisation de matières premières des véhicules électriques d’au moins 50 %. Je pense que c’est en bonne voie”, a poursuivi M. Tavares.

L’hydrogène n’est pas la solution?

Enfin, M. Tavares a été interrogé sur l’hydrogène, une technologie qu’il ne considère pas viable pour la mobilité de masse aujourd’hui en raison de son coût très élevé, même en supposant que l’énergie utilisée pour produire ce carburant soit propre : “Je crains que, pour l’instant, l’accessibilité financière ne soit un obstacle majeur pour l’hydrogène. Dans un avenir proche, ce sera peut-être une solution pour les grandes flottes d’entreprises, mais certainement pas pour les citoyens ordinaires.

Sur le même sujet  Un moteur à hydrogène pour décarboner les véhicules utilitaires longue distance

Plus d’info: Mon Auto Neuve

Adriana Belair
Adriana Belair
Née à Bordeaux, Adriana Belair a grandi au milieu des vignes, cultivant très tôt une passion pour tout ce qui touche à la beauté de la vie et à sa diversité. Elle a eu la chance de parcourir le monde, d'absorber des cultures diverses et d'en tirer une source d'inspiration sans fin. Par ailleurs, Adriana est une passionnée de décoration intérieure. Son objectif en tant que journaliste lifestyle est de vous inspirer et de vous aider à découvrir les merveilles qui se cachent dans les détails de notre vie quotidienne en partageant avec vous ses découvertes et ses coups de cœur.

Articles connexes

Polémique en Grèce : limitation de la charge des batteries des voitures électriques sur les ferries

La Grèce a récemment introduit une réglementation limitant la charge des batteries des véhicules électriques sur les ferries,...

Le groupe motopropulseur hybride de BYD, d’une autonomie de 2 000 km, est désormais disponible en avant-première

L'une des voitures qui a suscité le plus d'intérêt ces jours-ci à la une de Hybrids and Electrics...

Microsoft va construire au Kenya un centre de données géothermique d’une valeur d’un milliard de dollars

Découvrez comment microsoft et g42 s'associent pour transformer le paysage technologique de l'afrique de l'est avec une infrastructure...

Ce nouveau radar ultra-performant va devenir le pire cauchemar des conducteurs pressés

La sécurité routière est un enjeu majeur pour les autorités françaises, qui ne cessent d'innover pour lutter contre...