Le FMI prévient que l’intelligence artificielle affectera 60 % des emplois dans les économies avancées

Pour la première fois, les travailleurs hautement qualifiés font partie des personnes menacées par l'innovation technologique

Alors que les entreprises s’efforcent d’intégrer dans leurs systèmes de travail les innovations de l’intelligence artificielle, qui devrait automatiser un grand nombre de tâches actuellement effectuées par les humains, les analyses se multiplient sur l’impact qu’elle aura sur le monde du travail. Le point faible des prédictions est que l’IA n’en est qu’à ses débuts, mais si elles ne sont pas trop éloignées de la réalité, l’organisation des entreprises sera bouleversée.

Le dernier à mettre en garde contre cette révolution en marche est le Fonds monétaire international : il estime qu’environ 60 % des emplois dans les économies avancées sont exposés d’une manière ou d’une autre aux risques liés à l’IA, un pourcentage qui tombe à 40 % dans les économies émergentes et à seulement 26 % dans les pays à faible revenu, qui sont “moins préparés” à tirer parti de ses avantages, selon le FMI.

L’étude pose un dilemme essentiel : l’IA sera-t-elle une technologie complémentaire qui facilitera le travail des employés hautement qualifiés ou viendra-t-elle les remplacer et les laisser sans emploi ni salaire ? La réponse n’est ni noire ni blanche : environ la moitié des travailleurs “pourraient être affectés négativement”, tandis que les autres amélioreraient leur productivité en disposant d’outils qui facilitent leur travail, sans pour autant les remplacer.

Les défis et opportunités de l’IA

En d’autres termes, les employés les mieux formés, qui dans d’autres évolutions étaient restés nécessaires – les luddites qui ont brisé les machines qui menaçaient leur emploi dans la révolution industrielle au cours du 19e siècle étaient des ouvriers – ne sont aujourd’hui pas entièrement protégés par leurs compétences. “Contrairement aux précédentes vagues d’automatisation, qui ont eu le plus grand impact sur les travailleurs moyennement qualifiés, les risques de déplacement liés à l’IA s’étendent aux salaires les plus élevés”, note le FMI.

Ces derniers sont vulnérables, mais ceux qui surferont sur la vague, au lieu d’être submergés par elle, en sortiront plus forts. “Les avantages de l’IA devraient profiter de manière disproportionnée aux personnes à hauts revenus, en particulier dans des pays comme l’Inde et, dans une moindre mesure, les États-Unis, où la complémentarité augmente régulièrement dans le segment des salaires les plus élevés.

Personne ne semble être totalement à l’abri de devenir un accessoire. Ce qui, paradoxalement, sera positif pour l’économie mondiale si l’on considère les grands chiffres. “Nous sommes à l’aube d’une révolution technologique qui pourrait stimuler la productivité, favoriser la croissance mondiale et augmenter les revenus dans le monde entier”, déclare Kristalina Georgieva, directrice générale de l’organisation. Il y a cependant un côté sombre. “Il pourrait remplacer des emplois et aggraver les inégalités”, prévient-elle.

Impact de l’IA sur le marché du travail

Le fait que les travailleurs des pays les moins avancés puissent être sollicités plus longtemps est peut-être une bonne nouvelle pour eux à court terme, mais pas pour leurs économies, qui risquent d’être laissées pour compte. “Nombre de ces pays ne disposent pas des infrastructures ou de la main-d’œuvre qualifiée nécessaires pour récolter les fruits de l’IA, d’où le risque que cette technologie aggrave à terme les inégalités entre les nations”, souligne le rapport.

Comment l’État doit-il réagir face à ce phénomène ? Selon le FMI, la réponse doit être adaptée aux circonstances. Alors que les économies plus avancées et les économies émergentes plus développées doivent se concentrer sur l’amélioration de la réglementation – un point sur lequel l’UE a été pionnière -, sur la réaffectation de la main-d’œuvre remplacée par les machines et sur la protection de ceux qui sont licenciés et perdent ainsi leur source de revenus, les marchés émergents et en développement doivent se concentrer sur la construction de leur propre infrastructure numérique et sur la formation des personnes à son utilisation afin de réduire la fracture numérique et d’enrayer la perte de revenus due à la baisse de la productivité.

“Dans la plupart des scénarios, l’IA est susceptible d’aggraver les inégalités globales”, reconnaît Mme Georgieva. Selon elle, des politiques seront nécessaires pour maintenir la paix sociale. “Il est essentiel que les pays mettent en place des filets de sécurité sociale complets et proposent des programmes de reconversion aux travailleurs vulnérables.

Les premières étapes de l’atterrissage des intelligences artificielles les plus avancées donnent lieu à une multitude de prévisions. Au début de l’année, l’OCDE a indiqué que les emplois menacés représentaient 27 % de la main-d’œuvre dans ses pays membres. Et la banque d’investissement américaine Goldman Sachs a estimé à 300 millions le nombre d’emplois qui disparaîtront en tout ou en partie du fait de l’arrivée de l’IA. Les emplois concernés sont très variés : employés de banque, traders en bourse – remplacés par des algorithmes -, emplois de bureau multiples, personnel médical – l’IA peut aider à diagnostiquer des cancers et des problèmes de santé – ainsi que d’autres pour lesquels une formation supérieure n’est pas indispensable, comme le service client – remplacé par des chatbots – ou les chauffeurs – si la voiture autonome se généralise.

Pour l’heure, l’usage du conditionnel entoure toutes les prédictions des experts, y compris celles du FMI. Lorsqu’il évalue l’impact par tranche d’âge, il souligne que les jeunes sont plus familiers avec l’utilisation des technologies, ce qui pourrait les aider à manier l’IA avec plus d’aisance, mais il prévient en même temps que la demande de jeunes ayant fait des études supérieures pourrait diminuer si leurs profils deviennent dispensables.

Dans ses pages figure également un scénario idéal dans lequel les avantages l’emporteraient sur les inconvénients. “Si les gains de productivité sont suffisamment importants, les niveaux de revenus pourraient augmenter pour la majorité des travailleurs. Le temps libre pourrait également augmenter. L’intelligence artificielle a ressuscité la vieille aspiration à réduire davantage le temps de travail. La question est de savoir si cette nouvelle ère du règne des loisirs, dans laquelle les machines effectuent le travail à la place des humains sans sueur, sans horaires et sans plaintes, peut être suffisamment prospère pour rembourser les perdants du changement.

Aidez Le French Style by Céline à se faire connaître

Jeune média indépendant, Le French Style by Céline compte sur votre soutien pour accroître sa visibilité. Contribuez en nous ajoutant à vos favoris sur Google Actualités

Nous suivre sur Google Actualités

Adriana Belair
Adriana Belair
Née à Bordeaux, Adriana Belair a grandi au milieu des vignes, cultivant très tôt une passion pour tout ce qui touche à la beauté de la vie et à sa diversité. Elle a eu la chance de parcourir le monde, d'absorber des cultures diverses et d'en tirer une source d'inspiration sans fin. Par ailleurs, Adriana est une passionnée de décoration intérieure. Son objectif en tant que journaliste lifestyle est de vous inspirer et de vous aider à découvrir les merveilles qui se cachent dans les détails de notre vie quotidienne en partageant avec vous ses découvertes et ses coups de cœur.

En rapport

Essai de la BMW iX5 Hydrogen : l’avenir des voitures à pile à combustible ?

Imaginez que vous êtes en 2008, ou en 2009....

Les moteurs à hydrogène ont été inventées par un Espagnol dans les années 1970. Aujourd’hui, ils pourraient être l’avenir de l’industrie automobile

Aujourd'hui, plusieurs constructeurs automobiles et sociétés énergétiques investissent dans...

Toyota met un terme aux adieux aux voitures diesel. Elle a un plan pour sauver les voitures à combustion

Toyota, comme la plupart des grands constructeurs automobiles, investit...

L’hydrogène noir pourrait être la pire idée de tous les temps : l’invention qui vient de se retourner contre nous

Dans un monde en quête incessante de solutions énergétiques...