« Nous ne sommes pas condamnés à manger des briques parce que nos dirigeants vont dans le mur »

Une nomination contre l’universalisme

Articles

J’ai longtemps voulu croire que le président de la République et ce gouvernement étaient aveugles au réel, déconnectés et que cela expliquait leur incompréhension totale de ce pays et la violence qu’ils ont à l’égard des fondamentaux de notre contrat social. Je les voyais plus comme des incapables que comme des idéologues.

C’était faux et cette nomination en est la énième preuve. Ce gouvernement a bien une feuille de route : la fin de notre République laïque, sociale et solidaire. La destruction de l’idée même de Nation.

Cela passe par les attaques contre la laïcité et la volonté de mettre en place un système de concordat via les accomodements dits raisonnables avec l’islam et les liens avec les islamistes. Cela passe par la destruction de nos solidarités avec les attaques contre les chômeurs et la casse de la retraite solidaire au bénéfice d’une retraite par capitalisation. Cela passe par la volonté de détruire notre système politique organisé autour de la Nation pour mettre en place le multiculturalisme et le communautarisme. La nomination d’Emilie Delorme le prouve encore une fois.

Ainsi tandis qu’Emmanuel Macron fustige le « communautarisme », il nomme à des postes prestigieux ceux qui portent haut cette idéologie. En Macronie, le « et en même temps » ne sert qu’à faire avaliser la totale déconnection entre le discours et l’action. Bref à donner l’apparence de l’intelligence, au mensonge et à la manipulation.

Le fait que l’opération d’entrisme se fasse grâce au gouvernement est d’autant plus choquante que ce n’est pas pour rien si le pouvoir commence par installer la gangrène dans la Culture et l’Université : ce sont les lieux où se forgent les représentations, la vision du monde et où on peut endoctriner la jeunesse.

La reprise des thèmes et du langage des indigènes de la République et des décoloniaux au plus haut niveau de l’Etat est actée. Cela a commencé par l’humiliation de Borloo, relégué au rang « d’homme blanc » par le Président pour mettre en orbite Yassine Bellatar ; par la reprise du langage raciste sous forme de lutte contre la blanchité dans les discours au plus haut niveau de l’Etat et de la fonction publique, à commencer par Delphine Ernotte, présidente de France Télévision. Cela se traduit par des nominations qui envoient un seul message : vous voulez pouvoir et subventions, vous savez maintenant quelle idéologie servir.

Or faire des ponts en or à des personnes qui revendiquent la haine du Blanc, expliquent que l’Etat instaure un racisme systémique, que la France est coloniale et que les Français sont racistes, c’est choisir son camp.

Ce président est un idéologue. Lui et son parti sont porteurs d’une idéologie incompatibles avec la République, le muticulturalisme. En terme de destruction de nos principes et idéaux, la REM ne vaut pas mieux que l’extrême-droite. Leur idéologie est différente mais leur incompatibilité avec la république, identique.

Pas étonnant si ces deux formes de réaction prennent toute la place, elles prônent toutes deux le retour en arrière, pour la REM c’est le retour au tribalisme et à la gestion des communautés raciales, pour le RN c’est le fantasme de la vision ethnique de la Nation.

Je ne fais pas ici de différence morale entre ces deux formes de trahison du génie particulier de la France. Elles se ressemblent dans la terrible régression qu’elles portent : la fin de l’égalité des droits entre les hommes et du sentiment d’appartenance au même groupe humain, au-delà du sexe, de la couleur de peau, de la religion, du statut social.

A force de prendre les citoyens pour des imbéciles et de trahir ce qu’il devrait défendre, ce gouvernement est le meilleur agent électoral du RN: il le légitime car il est autant que lui l’ennemi de la République.

La seule différence c’est que le RN a compris et modifie son discours pour se rapprocher d’un positionnement de droite reactionnaire quand la REM semble s’enfoncer dans la trahison. Cela devrait se voir aux élections municipales. Traditionnellement très mauvaises pour le RN, elles pourraient montrer à quel point Emmanuel Macron est le meilleur atout de Marine Le Pen.

————————————————
Pour en savoir plus:
https://www.marianne.net/debattons/billets/emilie-delorme-proche-des-theses-indigenistes-la-tete-du-conservatoire-de-paris-la